Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2017

KR'TNT ! ¤ 334 : BRIAN JONES / GODFATHERS / IRMINSUL / OCEAN ( + DIABOLO ) / HOT CHICKENS / NATCHEZ / BLOUSONS NOIRS / JOE HILLS

 

KR'TNT !

KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

LIVRAISON 334

A ROCKLIT PRODUCTION

LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

22 / 06 / 2017

BRIAN JONES / GODFATHERS

IRMINSUL / OCEAN + DIABOLO

HOT CHICKENS / NATCHEZ

BLOUSONS NOIRS / JOE HILL

TEXTES + IMAGES SUR :

http://chroniquesdepourpre.hautetfort.com/

 

Morrocan Roll

En feuilletant le numéro de mai d’Uncut, on tombe à un moment sur une double fantastique : un certain Peter Watts titre son article «The Marrakesh Express» et publie en vis-vis une photo de Brian Jones et d’Anita Pallenberg prise sur un toit marocain par Cecil Beaton. Il n’en faut pas davantage pour sombrer aussi sec corps et biens dans un délicieux gouffre mythologique.
Marrakech, ville magique entre toutes, et son Grand Hôtel Tazi situé à l’entrée de la médina, un lieu hors du temps où rôdent des parfums de coriandre et les derniers globe-trotters décadents, tout ça dans une fabuleuse ambiance de palace d’avant-guerre délibérément non entretenu. On trouvait au premier étage de cet hôtel extravagant une piscine décatie et bien sûr, dans les chambres, la robinetterie ne fonctionnait pas. Pour s’endormir, il fallait soit fumer du kif, soit siffler le bourbon d’un flasque qu’on avait planqué dans la trousse à pharmacie. Soit les deux. Dans ces chambres immenses, il faisait une chaleur à crever. C’est là que j’entrepris de réécouter Exile On Main Street. Je n’avais emmené qu’une seule cassette, celle-là. Je voulais donner une dernière chance à cet album que je n’aimais pas, sans doute parce que Brian Jones n’y jouait pas. Et le meilleur endroit pour écouter cet album ne pouvait être que Marrakech.
En découvrant cette ville fantastique, je crus me rapprocher de Brian Jones qui fut lui aussi fasciné par ce pays, par cette lumière, par cet art de vivre et par les sourires des Marocains. Brian Jones n’allait pas au Maroc pour les mêmes raisons qu’André Gide ou Truman Capote. La première fois qu’il mit les pieds à Tanger, il comprit qu’il entrait dans un monde inconnu. C’est exactement ce qu’on ressent quand on débarque au Maroc pour la première fois, à condition bien sûr d’éviter soigneusement les circuits touristiques. Brian Jones alla donc s’enivrer de cette culture marocaine dont on n’imagine pas la richesse. Elle le fascina tant qu’il finit par demander au designer Christopher Gibbs de transformer son intérieur londonien en palais marocain, avec des objets achetés dans le souk.
Graham Nash visita le Maroc en 1966, comme il le raconte dans son recueil de mémoires, Wild Tales - A Rock & Roll Life. Il arriva à Casablanca et prit un tain pour Marrakech. L’ambiance à bord du train l’enthousiasma tant et si bien qu’il composa une chanson qui allait être le premier d’une longue série de hits pour Crosby Stills & Nash, oui, le fameux «Marrakesh Express». Mais qu’allait faire un citoyen de Manchester au Maroc ? Il avait tout simplement découvert que les American Beats y avaient écrit des poèmes en fumant des tonnes de dope : ce sont les racines du mythe de Tanger, ville cosmopolite où séjournèrent des années durant des gens comme William Burroughs, Allen Ginsberg et bien sûr l’écrivain/compositeur Paul Bowles dont l’effarant The Sheltering Sky (plus connu sous le titre français Un Thé Au Sahara) fit autant de ravages dans les imaginaires du début des années soixante que le mythique On The Road de Jack Kerouac, un récit qui m’obséda tant qu’un jour je finis par en faire une bande dessinée de plusieurs centaines de pages. Les extravagants clients du Grand Hôtel Tazi semblaient sortir tout droit de ce chef-d’œuvre de l’errance qu’est le roman de Paul Bowles. J’en étais quasiment convaincu, ces clients - dont je faisais partie - échouaient au Maroc en quête d’on ne sait quoi et déambulaient sans but précis, comme perdus dans un décors de rêve. Je compris confusément qu’il s’agissait d’un mode de vie. Dans ce pays, on vit très bien avec très peu d’argent, il faut le savoir. L’aliénation sous le soleil du Maroc me paraissait même plus acceptable que l’aliénation sociale distillée par nos chers modèles urbains d’Occident. C’est en tous les cas ce qu’avait compris Paul Bowles, et ce qu’était probablement en passe de comprendre Brian Jones.
Dans ses mémoires, Marianne Faithfull évoque aussi cette passion pour le Maroc et les fêtes de la Getty House, où tout le monde se dopait goulûment à la coke et à l’opium. De la même manière qu’Ike Turner, le milliardaire américain savait combler ses convives. Dans l’histoire des Stones, le Maroc joue un rôle crucial, car c’est là que se produisit la fracture entre Keith Richards et Brian Jones. Comme Anita ne supportait plus les crises de violence de Brian, elle mit les voiles avec Keith. Un an plus tard, pour les besoins du film de Donald Cammell, Performance, Anita se retrouvait à poil avec Jagger dans un grand lit ramené du Maroc, et pendant que Keith sombrait à son tour dans les affres du ressentiment, Brian retournait au Maroc se réfugier dans les montagnes du Rif, célèbres pour avoir abrité Abdelkrim, l’un des derniers grands résistants marocains, ceux qui rejetèrent toute espèce de colonialisme, que ce soit celui des Espagnols où du protectorat larvaire des Français. Grâce à ce voyage dans le Rif, Brian allait entrer dans SA postérité, en y enregistrant the Master Musicians of Joujouka, un enregistrement qui allait par la suite fasciner des gens comme Ornette Coleman et Timothy Leary. Il fut accompagné dans ce raid par Brion Gysin, l’American Beat ami de William Burroughs. Marianne qui dans ses mémoires évoque le souvenir de Brian Jones en des termes admirables nous explique que Brian cherchait alors désespérément à combler le vide béant généré par la fin des Stones, SON groupe. Joujouka représentait à ses yeux une belle équivalence, au moins au plan spirituel. Marianne clôt le chapitre en affirmant que Joujouka est l’un des disques les plus intéressants de cette époque. C’est vrai, ce disque était infiniment plus beau que ceux du Grateful Dead dont tout le monde raffolait à l’époque. L’album parut après la mort de Brian. William Burroughs qualifia the Masters Musicians of Joujouka de plus vieux rock’n’roll band du monde. Il est bon de rappeler que cette musique date de 4.000 ans. Ça ne vous rappelle rien ? Mais oui, le North Mississippi Hill Country Blues de Junior Kimbrough et les Fife & Drums d’Otha Turner qui eux aussi remontent à 4.000 ans.
Strong stuff, disent les Anglais quand ils parlent de la musique et des drogues marocaines. On voit encore des Anglais dans le haut Atlas, en été, notamment au camp de base du Toubkal qui est le point culminant de la chaîne. Une fois qu’on est arrivé au camp de base, l’ascension se fait dans la journée, à condition de partir juste avant le lever du jour. Les gens viennent du monde entier pour ça. Ces grimpeurs de fortune ne sont pas déguisés comme ceux qu’on voit dans les films d’aventures en haute montagne : ceux-là parlent anglais, ils portent des shorts et des vieux T-shirt dévorés par ces bestioles qui pullulent dans l’eau des cascades. Le haut Atlas est l’une des régions montagneuses les plus difficiles au monde. Strong stuff. Les dénivelés sont tellement violents qu’ils vous ruinent les genoux en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et les villageois qui font partie des gens les plus pauvres du monde vous reçoivent comme des princes. Si vous voyagez dans ce coin-là, recrutez un guide au Grand Hôtel Tazi, car il vous faut un montagnard berbère si vous voulez vraiment entrer dans la magie de l’Atlas. Avec un peu de chance, vous tomberez sur un guide qui est aussi musicien, et qui, si vous avez vraiment beaucoup de chance, deviendra votre ami. Et chaque soir, au bivouac, ce guide et son cuisinier vous apprendront des chansons berbères en s’accompagnant au tambour, ce tambour qui ressemble à une grande boîte à camembert et qu’on tient à la verticale par le pouce de la main droite et qu’on frappe du plat de la paume de la main gauche. Essayez d’en jouer, vous verrez, ce n’est pas facile. Strong stuff. Mais on découvre une chose faramineuse : plus besoin de guitares électriques ni de micros pour faire de la musique rythmée. Trois tambours berbères suffisent à mettre un public en transe. C’est ce qu’avait découvert Brian Jones, et avant lui Paul Bowles, qui fut le premier à enregistrer les musiciens berbères. C’est que je découvris bien plus tard dans le haut Atlas. C’est ce que montre Tony Gatlif dans son film Exils : la transe. Le mystérieux secret de la transe. Strong stuff. Cette hypno que pratiquait aussi Jaki Leibevitz, le batteur de Can aujourd’hui disparu. Dans certains villages de l’Atlas, on peut assister à des fêtes qui durent des heures, avec non seulement les tambours berbères mais on voit surtout des musiciens jouer sur des instruments à cordes venus du fond des âges et ça tourne au psychédélisme primitif, oh pas celui de «Kashmir», quelque chose de beaucoup plus violent et ancien. Un son qu’on retrouve sur l’album Diwân de Rachid Taha, the unbelievable loud hypnotic sound of it all. John Bonham et Jimmy Page peuvent retourner au vestiaire. Quand on se retrouve face à des musiciens berbères du haut Atlas, on ne s’embarrasse plus de gadgets. En plus, ces gens-là jouent POUR vous et c’est gratuit.
Sex and drugs and rock’n’roll ? Il semble que le Maroc ait été le pays pionnier en la matière, puisque des homosexuels occidentaux célèbres comme Joe Orton et William Burroughs s’y fournissaient en viande fraîche, au vu et au su de tout le monde. Quant aux drogues, attention, plus rien à voir avec cette misérable barrette qu’on achète à Jo la casquette, au coin de la rue Myrha. Fumer du kif et s’engouffrer dans la médina de Marrakech, c’est une façon d’entrer au paradis. Où mieux encore, avaler du majoun et traverser les jardins d’Allah, entre Ouarzazate et la frontière algérienne, c’est une façon d’aller se balader sur une planète inconnue. Tout y est poussé à l’extrême, la lumière, les parfums, c’est une expérience purement rimbaldienne, au sens du bouleversement, évidemment. On ne rêve plus que d’une chose quand on rentre en France : y retourner.
Si les Stones débarquèrent au Maroc en 1967, ce n’était pas uniquement par curiosité intellectuelle. Après la descente de police chez Keith Richards à Redlands, on leur conseilla de prendre le large pendant quelques temps. Jagger, Robert Fraser, le photographe Michael Cooper et Marianne prirent l’avion, pendant que Keef, Brian et Anita traversaient la France et l’Espagne en Bentley. Pendant le voyage, Brian chopa une pneumonie et dut quitter l’expédition le temps de se faire soigner, laissant Keef et Anita seuls. Fatale erreur. Après un séjour à Tanger, Keef et Anita s’installèrent à Marrakech, où Brian les rejoignit. Il faut dire qu’Anita savait se montrer irrésistible. Marianne pense que Keef était depuis longtemps amoureux d’elle. C’est à Marrakech qu’Anita demanda au preux chevalier Keef de la protéger du méchant Brian et de ses crises de violence, scellant par là le destin des Stones. Les histoires de cul occasionnent des dégâts irréparables dans les groupes. Pendant ce temps, Jagger posait pour des photographes au bord des piscines. Aux yeux de Cecil Beaton qui s’intéressait de près à la jet set, Jagger paraissait complètement asexué. La même année, John Lennon débarqua à Marrakech pour le réveillon du jour de l’an, invité par Paul et Talitha Getty. Le couple de milliardaires donnait une fête dans sa résidence princière qui était décorée comme un palais marocain. Comme tout le monde était défoncé, peu de gens parlaient. John Lennon passa le réveillon au sol, sur le dos, incapable de se relever. Strong stuff. Le règne du Getty palace prit fin en 1971 avec la mort de Talitha Getty, des suites d’une overdose, cela va de soi.
Chez les excentriques, la cote du Maroc chuta d’un coup. L’Afghanistan devint la nouvelle destination de rêve, offrant un cocktail de mystère, d’exotisme et de décadence légèrement différent.


Signé : Cazengler, marrakoche


Uncut #240 - May 2017. Peter Watts : The Marrakesh Express

 

Ça cogne avec les frères Coyne - Part Three

 

Il est rare que Peter Coyne, le dernier Godfather du milieu londonien, accorde une interview. Les veinards de Vive le Rock viennent d’obtenir son accord et Eugene Butcher confie la délicate mission d’aller interviewer l’éminent personnage à James Sharples, l’un de ses meilleurs limiers.
Pour entrer dans l’immeuble, James doit montrer patte blanche. Il subit une première fouille dans le hall d’entrée et un gorille l’escorte jusqu’au premier étage. Arrivé à la porte du bureau de Peter Coyne, un autre gorille palpe soigneusement les doublures des vêtements de James, s’excuse de lui tâter l’entre-jambe, lui fait ouvrir la bouche pour l’inspecter avec une petite lampe torche. Il vérifie son calepin et son crayon, puis il frappe trois coups bien secs à la porte et le fait entrer :
— Il est réglo, patlon !
Une lumière argentée entre à flots dans l’immense pièce. Installé derrière un bureau empire, Peter Coyne tend la main pour désigner un siège en vis-à-vis. Il reste de marbre. Cet homme ne sourit jamais. Le gorille referme soigneusement la porte derrière James qui traverse la pièce jusqu’au siège. L’épaisse moquette absorbe le bruit de ses pas. Il ne se sent pas très à l’aise dans ce silence de mort, face à cet homme qui l’examine, les yeux mi-clos. Au moins, se dit-il, Don Corleone était plus convivial. Il savait accueillir les journalistes.
James se racle la gorge et bredouille :
— Merci de m’accorder un peu de votre temps, Don Coyne.
Peter Coyne ne répond pas. D’un geste, il lui fait signe de poursuivre. James sort son calepin et un crayon gras. Il mouille la mine et pose sa première question :
— Comment avez-vous démarré votre carrière ?
— Pour être tout à fait honnête avec toi, je suppose que j’ai dû voir les Beatles à la télé quand j’étais môme. J’ai dû aussi écouter leurs disques sur un vieux crin-crin. Les Beatles n’étaient pas seulement un groupe, ils faisaient partie de la famille, tu me suis ? Ils savaient tout faire, du rock, du psyché, du folk, des balades, de l’expérimental, tout, absolument tout. Je les adore. Ils étaient magiques. J’étais dingue de «Ticket To Ride», dingue, mec ! T’entendais ça à la radio et ta frangine te ramenait le disque à la maison. On les voyait tout le temps à la télé.
— Qu’est-ce que ce métier représente pour vous ?
— Je me sens vivant. J’adore ce métier. Depuis le début, je pousse mon équipe. C’est notre raison d’être, on fabrique notre propre magie. Je suis assez fier de ce qu’on a accompli, on a commencé comme une équipe de vrais durs, il n’y en avait pas des tonnes à l’époque, en Angleterre. On a toujours su montrer notre vrai visage. C’est très important si tu veux rester fidèle à tes idéaux, mec !
— Comment fonctionne le groupe ?
— Pour être tout à fait honnête avec toi, j’y connais rien. Dans l’équipe, t’as toujours quelqu’un qui t’amène une idée. Ça part comme ça et j’écris des paroles. Voilà, c’est comme ça qu’on fonctionne dans l’équipe. J’ai toujours eu un faible pour le psyché et voilà pourquoi on a fait «When Am I Coming Down». J’adore le psyché depuis que je suis môme. Mais on reste carrés, car après, il faut partir en tournée, et ton psyché, il a intérêt à tenir la route, mec !
— Comment savez-vous que ce que vous faites est bien ?
— Quand un truc est carré, on le sent. Si un truc n’est pas carré, on le remet au carré vite fait. Ça fait partie du business, tu piges ?
— Avez-vous le sentiment d’évoluer ?
— Absolument. J’ai commencé comme toi, pigiste pour Record Mirror et ZigZag, et je n’étais jamais monté au créneau. Pour être tout à fait honnête avec toi, je suis un mec très timide. Mais devant un public, t’as intérêt à assurer. C’est ça qui t’oblige à évoluer. Si je ne souris jamais devant un public, c’est parce que je me concentre. C’est un business sérieux, pas de la rigolade. Je reste concentré à 100%. Voilà, c’est facile à comprendre. Les gens disent : «Fucking hell, ce mec a une gueule de tueur !». Ça me va, d’autant plus qu’on s’appelle les Godfathers, mec !
— Est-ce que votre façon d’écrire évolue ?
— Je vais te donner un exemple : un journaliste m’a demandé de lui décrire le son des Godfathers. Je lui ai répondu : a big bad beautiful noise. Quand j’ai lu l’interview dans le canard, cette expression que j’avais utilisée spontanément m’a sauté à la gueule. Je la trouvais excellente. Je devais donc l’utiliser, en faire un titre. C’est parti de là, j’ai eu l’air en tête, c’est devenu un cut de cat qui parle de désordre social et de rébellion. Là-dedans, je dis : «Started shooting the politicians round about quarter to nine», ce qui veut dire que j’ai commencé à buter ces bibards de politicards vers neuf heures moins le quart, et je peux te dire en prime que certains politicards méritent de se faire fumer et c’est pas moi qui irai chialer sur leurs tombes, tu peux en être sûr ! Voilà, c’est un exemple. Comme je lis des tas de canards, j’ai des tas d’idées. J’écoute aussi ce que les gens racontent. En plus, je suis un teevee junkie, je vois des caisses et des caisses d’infos télévisées. Il y a toujours une info qui va te sauter à la gueule. Tiens comme ces titres dans la presse : «Un million de mères de familles sont accro au valium», ou encore «Une génération entière élevée dans la pauvreté», ou tiens, cette pure merveille : «Nous vivons tous dans un système économique truqué». J’ai récupéré tous ces titres pour en faire des textes. J’ai injecté tous ces titres dans les Godfathers ! Ah tu parles d’un shoot, mec !
— Est-ce important pour vous de continuer à évoluer ?
— Oui. Je suis fier de notre passé, mais je ne veux pas qu’on s’endorme sur nos lauriers. L’album le plus important des Godfathers est toujours le prochain. On ne s’intéresse qu’à ce qui se passe autour de nous. On peut toujours faire plus, et mieux. C’est ma conviction. Dans l’équipe, j’ai maintenant Steve et Mauro aux guitares, Tim au beurre et Birchy au bassmatic. On crache des flammes. C’est ça que tu entends sur Big Bad Beautiful Noise, et sur scène, on crache le feu tous les soirs. On voulait faire un truc qui casse la baraque, alors on l’a fait. On ne veut pas faire une resucée de More Songs About Love And Hate. On veut faite une truc aussi bon, mais différent, tu me suis ? Pour moi, chaque album est une aventure sonique et on veut embarquer les gens dans cette aventure. Tous les cuts de Big Bad Beautiful Noise sont bons ! - All killer and no filler ! - C’est notre meilleur coup, kid ! J’en suis extrêmement fier ! On est tellement contents de faire la tournée des grands ducs avec ce truc. L’année prochaine, on envisage de ne jouer que les cuts de Big Bad Beautiful Noise en première partie, puis faire un break d’une demi-heure, le temps de passer une chemise fraîche et remonter sur scène pour jouer les autres cuts.
Miraculeusement, les Godfathers jouent au Havre par ce joli soir de mars. Les paroles de Peter Coyne résonnent encore dans les oreilles de James qu’on a envoyé en mission pour couvrir l’événement. Ce petit bar paumé dans une zone industrielle est l’endroit idéal pour le concert d’un groupe aussi mal famé que les Godfathers. Et bien sûr, en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, Peter Coyne et son équipe transforment la petite salle en étuve. C’est même stupide d’écrire une telle chose, car comment pourrait-il en être autrement ? Avant même que Peter Coyne n’ait ouvert le bec, on sait que va s’abattre sur la salle un déluge de son, on sait qu’une tornade va tout balayer, on sait que le cœur du rock va battre la chamade, car enfin, il n’existe pas beaucoup de groupes d’un tel niveau, d’une telle intensité, d’un classicisme aussi déterminant. C’est justement ce classicisme qui fait la force des Godfathers. Ils se comportent ni plus ni moins comme les gardiens du temple, mais pas n’importe quel temple, celui du rock anglais. Alors ils continuent, envers et contre tout, et c’est précisément cette détermination qui fait leur grandeur. Un set des Godfathers reste captivant de bout en bout, Peter Coyne n’en finit plus de rappeler que le rock anglais est un serious business et derrière lui, l’implacable Tim Jones enfonce ses clous et rive son beat à longueur de set. Sur scène, ça gigote dans tous les coins. On sent le Heartbreaker chez ce diable de Mauro Venegas qui n’en finit plus de voler le show. Birchy a remplacé Chris, le frère de Peter Coyne, c’est un peu dommage, mais finalement, le groupe y retrouve son compte, niveau stature.
Leur nouvel album A Big Bad Beautiful Noise fait partie de ce qu’on entendra de mieux cette année, à condition bien sûr de savoir apprécier le rock à guitares. Le morceau titre sonne comme une énormité rampante, c’est excellent, amené au push around no more, c’est même un véritable chef-d’œuvre de menace urbaine. Voilà un cut extrêmement tendu et bardé de climats terribles. Peter Coyne et son gang restent dans l’énormité pour «Till My Heart Stops Beating», un cut doté d’une belle attaque frontale, clamée à la clameur d’un riff. Le pouls du rock anglais bat ici très fort. Franchement, c’est digne des grands hits anglais des seventies. Ils tapent «Miss America» aux wooo-wooo énervés - Oh Miss America, you came down on me - et ils enchaînent avec un bash-boomer intitulé «Defibrillator», une nouvelle abomination transpercée de part en part par un solo dévastateur. On assiste là à la résurgence de la jouvence. Peter Coyne connaît tous les secrets du rock anglais. Et puis on tombe plus loin sur «Feedbacking» claqué aux pires accords de Rule Britania. Comme Jim Jones, Peter Coyne continue de faire son truc, envers et contre tout. Voilà encore un hit underground claqué à la cloche de bois, une pure merveille stompique. Ils redoublent de puissance pour un «Let’s Get Higher» monté sur un beat qu’il faut bien qualifier de démentoïde et ravagé par des laves de solotage. Ils se situent une fois de plus en dehors du commun des mortels et un vent mauvais balaye leur blast. On se régalera aussi de «Poor Boy’s Son», Peter Coyne y fait son glamster sur un riff d’une rare violence. N’oublions pas qu’ils reprenaient «Cold Turkey». Ils se payent même le luxe d’un balladif sixties avec «One Good Reason». Peter Coyne s’y érige en gardien du temple et les deux grands guitaristes qui l’accompagnent s’en donnent à cœur joie : wha-wha et zyvaterie. Ils terminent cet excellent album avec «You And Me Against The World» et nous plongent dans une fantastique ambiance ambiancière. Ces gens-là créent la sensation et redonnent au rock anglais son caractère excitant. Rien d’aussi mightyque que les mighty Godfathers.

Signé : Cazengler, Godmiché


Godfathers. L’Escale. Le Havre (76). 9 mars 2017
Godfathers. A Big Bad Beautiful Noise. Godfathers Recordings 2017
Come Together, interview de Peter Coyne. Vive Le Rock #42

 

16 / 06 / 2017LA DAME DE CANTON
IRMINSOUL / OCEAN

 

La voix d'Hubert Bonnard au téléphone, impérative qui me charge d'une double mission – apparemment le sort de l'humanité en dépend – cliquer J'aime sur l'annonce du concert d'Océan, et me porter volontaire pour le concert d'Océan. Je connais l'Atlantique et le Pacifique mais même au fin-fond des mémorielles profondeurs abyssales de mon cerveau, aucun souvenir de ce groupe irremplaçable, Hubert me file les élémentaires informations de base, créé en 1974, quatre albums, première partie d'AC / DC et d'Iron Maiden, dissous et dernièrement reformé, le combo qui dans sa jeunesse l'a rattaché au continent rock, et j'oserais ne pas être là, inadmissible ! Bref ce vendredi soir je monte à l'abordage de la Dame de Canton mince jonque noire amarrée au quai de la Seine, tout près du ministère des finances publiques, destinées à alimenter à flots continus les caisses des entreprises privées...
N'oncques donc à donf mon oncle sur la jonque, un peu étroite, resto à gogo pour bobos à fond de cale, scène peu ou prou resserrée à la proue de l'entrepont, l'est temps que l'on largue les amarres grand largue, cap rock'n'roll !


Avec son look de pirate de haute-mer
Du rideau noir à moitié recouvert
A chacun des deux groupes, Hubert
Se fendra d'une présentation en vers !

IRMINSUL


Irminsul, le frêne sacré, aux ramures ygdrasillèennes, pousse encore ses païennes racines dans l'imaginaire culturel du hard-rock... Power trio classique. Avons eu le plaisir d'assister au réglage de la sono, pas mal du tout, mais rien à voir avec ce qu'ils nous présentent maintenant, se sont retenus, les bougres. L'on ne voit de lui que ses cheveux longs qui pendent de son foulard de forban qui lui couvre la tête mais c'est lui Guillaume Chedeville qui catapulte la machine. Une frappe punchy de roulements incessants, en voici un qui ne laisse ni un fût ni une cymbale inactives, pas une seconde de répit, il pousse sans arrêt, à croire qu'il fait la course avec ses deux acolytes pour être toujours devant. L'on a l'impression qu'il cherche à les déborder, à les recouvrir, à les submerger, à les rouler dans l'écume impétueuse de sa frappe de forgeron. Le problème – en fait c'est la solution - c'est que les deux autres ne se laissent pas faire.
Il paraît que Pascal Borniche est à la basse. Même qu'il répond au fonctionnel surnom qualificatif de Bassman, pieux mensonge, ne le croyez pas. Monstrueux – non damoiselles je n'évoque point son physique – mais son soi-disant jeu de basse. En use, en abuse, comme d'une lead guitar, derrière Chefdeville peut chauffer le métal à blanc dans la fournaise de sa batterie, Borniche se charge de le découper au chalumeau, vous dessine des formes inattendues, vous sculpte la matière brute, lui donne sens, vous la malmène sans pitié, n'a vraisemblablement jamais entendu parler d'accompagnement rythmique, lui il crée, il insuffle, il délimite, il dessine, il trace des géométries abracadabrantes dans l'espace sonore, vous prend le son, le féconde, et donne vie à la matière noire drumique.
S'appelle aussi Guillaume. Coulon. Avec ses longs cheveux blonds et sa guitare verdâtre l'est beau comme un chef viking qui mène l'abordage à l'avant de son drakkar. De l'allure, de la prestance, du charisme, un sourire ravageur à faire fondre la banquise, une voix claire et puissante, officie au chant et à la rifferie. Un sacré ciseleur. Vous chrome les riffs, les ruisselle d'or et d'argent, se charge des cannelures de bronze et des motifs d'airain, opère à chaud, directement sur le magma liquide que lui servent sans retenue les deux autres bersekers. Encore un qui a tout compris. C'est le troisième dans le groupe. S'appuient sur le hard des années soixante-dix et réalisent un subtil alliage qui va de Led Zeppelin à Metallica, à part qu'ils ont bien intuité qu'entre inspiration créatrice et copie servile, l'existe un monde. Z'ont fait le bon choix.
Détail. De ceux qui permettent de confondre l'assassin ou de débusquer l'alien qui se cache sous l'apparence humaine. Guillaume chante en français, vous plie l'idiome national à sa fantaisie, le fait sonner et klaxonner sans complexe. Un set qui aurait pu être bien plus long. Seulement huit morceaux, huit épées imparables forgées par Wotan, de celles infaillibles qui servent à terrasser les dragons maléfiques qui squattent les antres les plus obscurs de votre âme périmée, aux titres talismans comme Les Oubliés des Dieux, Rumeurs, Divine ( porte bien son nom )... Finissent sur J'en reste là. Le seul défaut du set. Auraient dû continuer.

OCEAN


Un peu à l'étroit tout de même. Difficile de faire rentrer quatre gaillards et l'Océan en entier dans la minuscule fiole de cette scène. Surtout dommage pour Steph el cantaor dont le jeu de scène aurait mérité quelques mètres carrés supplémentaires. Mais ne nous plaignons pas. Difficile de rester debout devant l'estrade, les fans ont répondu en masse, jamais vu autant d'appareils photos, de portables et de caméras devant un groupe... Mais sans doute avez-vous envie d'entendre le moutonnement infini des vagues qui viennent se briser sur le rivage.
Très simple. Quand vous avez la Gibson, vous avez le son. Or Georges Bodossian possède une Gibson. Avec quelques centaines de milliers d'autres dans le monde. Mais lui l'a compris le mode d'emploi sans avoir besoin de le lire. D'instinct. Facile, solo du début à la fin, en mode continu, ne pas s'intéresser aux camarades, suivront comme un seul homme. La guitare est une torche vivante, porte le feu partout où elle passe, suffit de se maintenir dans son sillage pour être au coeur du carnage. Qui saurait résister à une telle invitation ! Georges Bodossian, c'est à lui tout seul l'armée d'Alexandre incendiant les palais somptueux de Persépolis, just for fun, bonnes âmes ne criez pas au crime, le rock'n'roll est une musique dévastatrice, c'est sa nature profonde, son pédigrée ontologique aurait dit Diogène le Cynique.
N'est pas tout seul non plus. Les malandrins se regroupent facilement par bandes. Derrière lui Alain Gouillard multiplie les pulsations de ses fûts. Avec le train d'enfer qu'inflige Bodossian, n'a pas le temps de bayer aux corneilles, combien de battements d'ailes sont-ils nécessaires au pétrel pour traverser l'océan tempétueux, hélas nous n'avons pas la réponse car nous n'avons pas eu le temps de les compter, vous assène à tout bout de houle de ces suites de cliquètements intempestifs exacerbés qui vous soufflètent l'esprit à satiété.
Noël Albérol s'occupe de la basse, l'a l'air particulièrement aimé par les fans de la première heure qui n'arrêtent pas de l'appeler ou d'essayer de le toucher. L'aurait mérité que sa basse soit plus forte, l'est un peu trop mangée par les friselis de Bodossian, mais il donne l'assise terrestre nécessaire à tout déploiement océanique.
C'est à Steph Reb qu'échoit la redoutable tâche de chanteur. Je n'ai pas dit screamer, nous sommes dans un hard originaire qui martèle et détache plus qu'il ne hache les syllabes. En français, dans le texte. Ce qui est sûr c'est qu'il n'est pas le seul, la plus grande partie du public le suit, connaît les textes par coeur et sait très bien où il faut appuyer pour que cela fasse mal. Paroles sans ambiguïtés qui fleurent bon la révolte anarchisante des seventies, Aristo, A force de gueuler, Instinct Animal, Attention Contrôle, pas besoin d'une étude linguistique en douze points pour entendre le message, rajoutez-y une pointe rentre-dedans de machisme rock'n'rollienne avec des morceaux comme Qu'est-ce que tu dis ? Et Je Crois que tu Aimes ça... plus dans le rappel l'irruption de la camarde avec C'est la Fin et La Mort Rôde, un véritable bouquet de Sex, Death and Rtock'n'roll. Chaude ambiance, première fois que je vois cela en concert, Hubert qui se faufile dans la cohue les deux poignes pleines de glaçons qu'il offre en guise de rafraîchissement.
Ne vous lâcherait point sans avoir braqué le projecteur sur Steph, la classe du dandy populaire, lunette noire dans l'échancrure du T-shirt, veste en jeans délavé plus chemise à damier nouée à la taille ( comme l'on fait dans les colonies de vacances ), lame de rasoir en pendentif autour du cou, fine moustache acérée, un look improbable et une présence indiscutable, les filles ne cessent de le photographier, et lui il fait le beau, poses rock au micro avantageuses et surtout cette jouissance communicative d'être là, de prendre son pied, de transmettre du plaisir à la foule trépidante qui n'en peut plus. Le rocker français dans toute sa plénitude zénithale, le gars qui vous achoppe et qui vous dope, l'invite Diabolo – harmoniciste d'Higelin - à le rejoindre pour deux morceaux, le groupe bastonne si fort qu'il devra se contenter de quelques jappements qu'il parvient à glisser on ne sait comment dans le capharnaüm sonore, ce n'est qu'au rappel qu'il démontrera ce qu'il sait faire en précipitant un solo dès les ridelles de l'introduction, l'a un beau sourire Diabolo, qui respire la bienveillance et la sympathie, pas du tout diabolique. C'est Steph qui se charge du rôle de Méphisto.
Encore une fois, un set trop court, l'on n'atteindra pas les quinze morceaux, faudrait que la Dame de Canton mette un peu plus de riz dans les bols. Nous ouvre l'appétit mais ne le satisfait pas. Océan a cartonné, ne peuvent même pas traverser la salle pour se rendre au bar, les fans les assaillent, les caressent, les embrassent, les papouillent...

Damie chad.

16 / 06 / 2017 / DORMANS
HOT CHICKENS / NATCHEZ

Ne vous plaignez pas, ce coup-ci je ne vous emmène pas dans un bouge improbable au cœur des ténèbres conradiennes d'une banlieue labyrinthique, vous offre carrément la vie de château. Ce n'est pas l'Amazone, mais faut parcourir plus de soixante-dix kilomètres désertiques de nature verdoyante, quelques villages assoupis, collines, coteaux, champs, bois, routes sinueuses et enfin, récompense suprême, Dormans. Un château, un vrai, façade royale, deux grosses tours rondes, massives, puissantes, mais ce n'est pas tout. Un parc de quarante cinq hectares, planté de platanes monstrueux, et au fond sur une hauteur, le Mémorial des deux batailles de la Marne. De loin, ça ressemble au Sacré-coeur de Paris, ce crachat de pierre blanche élevé à la gloire des Versaillais qui fusillèrent le Paris rouge et noir de la Commune, mais non, l'édifice est d'une sobriété exemplaire, ce qui n'empêche que des centaines de milliers de soldats sont morts sur ces terres pour les bénéfices des marchands de canons. Ironie de l'Histoire, un siècle après, les gouvernements successifs de notre pays se complaisent dans le rôle subordinatif de paillasson de l'Allemagne libérale le pays, aux huit millions de pauvres payés à moins de cinq euros / heure, paradis du capitalisme financier...

 

HOT CHICKENS


Je hâte le pas. C'est la voix d'Hervé qui résonne sous les frondaisons majestueuses du parc. Etrange effet d'ouïe, l'on dirait qu'il est accompagné par un quatuor à cordes ! Je me glisse au plus vite au premier rang. Quel hasard Balthazar, en plein milieu d'une escouade du 3 B, les mêmes causes produisent les mêmes effets nous ont avertis les philosophes. Arrêtons de méditer et écarquillons yeux et z'oreilles.
Thierry Crazy Beat Sellier est au centre. Vous ne pouvez ne pas le voir, revêtu d'une chemise blanche immaculée, éblouissante, incandescente, pour un peu vous la confondriez avec une toge romaine cicéronienne. Pour que vous ne commettiez point cette lamentable horreur historiale, l'a rehaussée d'une royale cravate - de celles que l'on offre à la fête des pères – aussi large que la piste d'envol d'un porte-avions l'est comme ces seigneurs du grand-siècle qui mettaient un point d'honneur à ne se rendre sur le champ de bataille qu'en grande tenue de parade – et justement la bataille s'annonce rude, puisque Maître Loison annonce une séquence Gene Vincent. Genre de difficulté qui n'impressionne guère notre drummer émérite. Avant de l'entendre taper, faut le voir. Cette manière de hisser bien haut sa baguette gauche tout lentement – alors que les deux autres acolytes cavalent comme des chevaux à qui vous avez enflammé queues et crinières – sans se presser comme s'il avait une heure à perdre sur le quai de la gare – d'attendre placidement que deux ou trois rapides passent à toute vitesse – et puis plashoum ! vous abat la bombe atomique et le tintamarre juste sur le temps, petit sourire de satisfaction, léger déhanché du bras droit et c'est reparti à la manière des canons turcs qui gardaient et interdisaient le défilé des Dardanelles.
Christophe Gallopin' Gillet est à la fête – d'ailleurs c'est son anniversaire – quoi de plus intéressant pour un guitariste que de revisiter Cliff Gallup. L'a décidé de bouter le feu au navire. Vous le découpe à la hache d'abordage. Les éclisses volent de partout, notes embrasées s'envolent, tels des papillons de bois enflammés qui s'élancent et retombent en pluies d'étincelles acérées. Sourire jouissif du pré-hominien qui heurte pour la première fois deux silex entre eux et qui comprend qu'il détient la foudre entre ses mains. Guitare frelon et nid de guêpes. Christophe Gillet réussit à enflammer le rock'n'roll. Vous rôtit le poulet que Sellier vient de knock outer d'un coup de Trafalgar.
Avant qu'il ne soit estourbi, Hervé Loison l'a scalpé tout vivant, lui a arraché les plumes à pleines mains. A pleine voix. Tue la poule mais garde le grain de la folie. Pour le moment l'est fiché sur sa contrebasse, l'a l'air d'un échassier au milieu de la mangrove, solitaire, emmitouflé dans le plumage redondant de sa veste qu'il s'obstinera à garder pendant la plus grande partie du set malgré la chaleur accablante, vous psalmodie les lyrics comme des déclarations d'intention malfaisantes, la big mama fuse jusqu'au plafond, la rattrape, la replante bien droit et s'essaie à quelques numéros de barre transversale comme les danseuses d'opéra à l'entraînement, des entrechats, entre cats pour faire monter la pression. L'on traverse le torrent furieux du rock'n'roll en sautant de rocker en rocker, Eddie Cochran, Buddy Holly, Johnny Burnette, et attention, sévère dérive, tangente qui déjante, une pépite de Mystery Train, le genre de crampitude exacerbée qui vous émoustille salement les écoutilles et la pastille.
Tant pis pour vous, puisque vous avez continué votre lecture, c'est l'instant sacré de la transe, le scorpion noir du blues s'en vient piquer le rock'n'roll snake, Hervé rejette sa contrebasse comme une vieille chaussette, elle gît inanimée tel le cadavre délabré d'un brontosaure, extrait de sa poche un minuscule harmonica et c'est de cette maigreur d'instrumentalité dérisoire que se déploie le rituel vaudouïque. Double boulot pour Thierry et Christophe, non seulement il faut jouer – aucune difficulté, laissez les faire, l'on n'a pas besoin de vos conseils, ils savent – mais il faut suivre le patron. Et là c'est du grand art, nous n'en retiendrons que quelques flashs, le flip-flap arrière de Loison qui se termine en poirier adossé sur la grosse caisse, le rire interrogateur de Christophe essayant de traduire en éclats électriques le prurit vocal d'Hervé face contre terre, grommelant de mystérieuses et incompréhensibles imprécations ponctuées de grognements délétères qui semblent indiquer un retour à l'état primal, une régression bestiale définitive, l'air impassible de Thierry reprenant inlassablement plus de soixante fois d'affilée le même rythme, comme un quarante cinq tours usés, manière d'accumuler impatience et énergie libératoire, Hervé n'attendant que le break salvateur, comme le tigre assoiffé de sang tapi dans l'ombre qui espère encore et encore le moment où le soigneur ouvrira la porte... miam-miam, rien à dire le rock c'est encore meilleur quand il est arrosé au concentré de rock'n'roll !
Tous trois sont généreusement félicités et remerciés par le public fervent qui se presse autour d'eux... Reprendront vite la route, nouveau concert le soir même à vingt-trois heures à Dijon. Rien que de penser que je n'y serai pas la moutarde me monte au nez.

NATCHEZ


Le soleil est tombé mais la chaleur stagne encore, rien comparé à la fournaise de l'après-midi. La foule grignote sur les pelouses mais à l'appel de Babac'h une grande partie se lève et s'agglutine devant la scène, ai-je besoin de préciser qu'au premier rang l'on retrouve l'escadron volant du 3 B ? Natchez c'est aussi beau à voir que bon à entendre. Un look pas possible. Le trio de la mort devant, deux interminables escogriffes de noir vêtu à la dégaine de desperados sortis tout droit des déserts du Nouveau-Mexique, cheveux bouclés poudrés d'argent, figure mangée par un bouc semi-broussailleux, chapeau plat de cow-boy qui leur donne un air d'échappés de la bande à Quantrill, tous deux séparés – une plume d'aigle des Rocheuses pend au manche de sa basse – par DD au visage impassible de chef indien. Derrière Ben officie aux fûts, l'est comme le servant de la mitrailleuse dans les westerns caché dans les flancs d'un débonnaire véhicule d'intendance, ici occulté par les triples silhouettes effilées de ses complices, mais il ne cessera de vous tirer de ces rafales de balles drum-drum qui vous traversent le corps sans vous demander la permission. Vous l'avez compris, vous êtes partis pour une chevauchée dangereuse sur les terres les plus arides du Southern Sound.
Précision d'importance avant de monter le son. Les deux outlaws se sont partagés les rôles, tout deux une guitare, Manu sur votre droite leade et chorise si besoin, Babac'h sur votre ------- ( remplissez les tirets, c'est pour voir si vous suivez ) chante, introduit les morceaux, et contrepuncte sur son cordier, DD ne fait rien, seul parfois un fin sourire sardonique point sur sa face, ressemble alors à un chef Cheyenne immobile sur une crête qui voit au loin dans la grande plaine qui poudroie s'avancer un convoi de charriots mal escorté dont les essieux plient sous le poids de caisses de winchesters... Quand je dis qu'il ne fait rien, je m'explique, donne l'illusion de, mais d'un doigt précis – un seul - il tire sur une des cordes de la basse et le trait s'envole lentement, tel un vol lourd de corbeaux menaçants qui s'en vient planer autour de votre tête pour vous prévenir que la flèche va se ficher dans quelques secondes en plein dans votre cœur. Tactique de guerrier indienne, prévenir avant de tuer. En plein dans la cible à tous les coups.
Manu est à la guitare, non la guitare est à Manu. Entrevoyez la différence. N'en joue pas, se joue d'elle. Sous ses mains expertes l'est comme la chatte câline qui s'en vient frétiller sous vos doigts agiles, tour à tour elle miaule, elle moane, elle roucoule, elle ondule, se tend et se précipite, foutrejus ! Manu ne la laisse jamais reposer, l'est une grande plainte joyeuse et soyeuse qui n'en finit pas de s'étirer et de se déployer à l'infini. Un doigté à charmer les crotales, parfois il bottlenecke et bottlenique sans répit, sonorités texanes qui vous emportent sur des nuages d'ouragan et de rêve...
Babarc'h est au chant. Beaucoup de compositions originales en français Je Marcherai Droit, Canicule, Hautes Plaines, Tais-toi, Fils à Papa, Coude sur le Bar, l'on goûte l'humour des paroles et cette traînante vélocité de la voix qui les met si bien en scène qu'elles supportent sans réprimande la comparaison avec des reprises comme le Take It Easy des Eagles ou les hymnes légendaires de La Grange de ZZ Top ou de Sweet Home Alabama de Lyny Skynhyrd. AC/ DC, Stones, Creedence sont aussi de la fête. Que du beau monde. De la belle ouvrage, voix et guitares mélangent harmonies et vitriol, langueurs laguniennes et fureurs foldingues.
L'on ne s'en lasserait jamais, nous d'écouter et eux de jouer. Sont comme ces abeilles infatigables de l'Hymette qui sans fin venaient butiner le miel des paroles de Platon. Entassent les rappels. Fond durer les morceaux, ah ces soli de guitare qui fondent et rissolent aux petits oignons comme mottes de beurre à feux doux sous la poêle et puis qui crépitent comme gobelets de poudre noire jetés sur braises ardentes.
Ils ont un secret. Très mal gardé. L'ont écrit en gosses lettres sur la grosse caisse, NATCHEZ 1987 – 2017, trente ans qu'ils cavalent sur les pistes les plus chaudes du rock'n'roll. Devraient être éreintés, fourbus, laminés, foutus. Mais z'ont gardé la hargne et la fraîcheur, l'impétuosité, la générosité, et la jactance de la jeunesse.
Ont du mal à descendre les cinq marches de la scène tant la foule se presse au haut de l'escalier pour les féliciter et se rue sur les disques. Que voulez-vous, ce n'est pas tous les jours que vous avez droit d'un trait sans une seconde de relâche à deux heures de pur bonheur.


Damie Chad.

BLOUSONS NOIRS
LES REBELLES SANS CAUSE

cHRISTOPHE Weber ( 2015 )

( Redifusion FR3 : 22 / 06 / 2017 / 23 H 30 )
Vous qui lisez cette page ce mercredi 21juin, jour de sa publication, il en sera de même pratiquement toute la journée de jeudi 22, vous allez la juger comme un adorable pense-bête qui vous empêchera de rater la rediffusion de l'émission TV, Blousons noirs, les rebelles sans cause. Si par hasard vous ne portez vos yeux sur cette brève chronique que le vendredi, inutile de vous suicider, l'émission circule sur le net depuis pas mal de temps, faites-vous confiance vous la retrouverez en trois clics.
Les documents sur les Blousons noirs ne sont guère abondants. Attention nous parlons des «  vrais » qui sont apparus entre 1959 - 1963. Pas des bandes des années 70. Quelques archives INA, une courte séquence de Cinq colonnes à la Une, un site de compilation des journaux d'époque – je ne sais s'il existe encore, mais à mon avis l'ensemble le plus intéressant que je n'ai jamais rencontré - deux ou trois livres de sociologues un peu abrutis par leur origine de classe, et quelques bouquins que nous avons chroniqués sur KR'TNT. Dont le très beau Quand j'étais un Blouson Noir de Jean-Paul Bourre que nous retrouvons dans le documentaire, revient sur ses propres traces à Issoire lorsqu'il faisait partie de la bande des Croix Blanches...
Ce qu'il y a de troublant avec les blousons noirs, c'est qu'ils ont disparu, se sont dissous comme le sel dans l'eau. Pas d'amicale, pas de rave-parties de nostalgiques, pas de revival. Ont été engloutis. Si la chance vous sourit vous pouvez en rencontrer un, un survivant, en règle générale ne s'étendent guère si vous les interrogez, ressortent deux ou trois clichés et se dépêchent d'enterrer le sujet. On était jeunes... Sont passés à autre chose. La vie s'est-elle chargée de les reformater ? Peut-être préfèrent-ils ne pas revenir sur ce sentiment d'avoir sans le savoir frôlé le désir d'un absolu existentiel dont il leur déplaît de remuer les cendres froides d'où émane une forte senteur de rêve brisé...
Alors ce sont les chercheurs qui parlent à leur place. Vous campent la période historique, le blabla habituel, l'après-guerre, la reconstruction, la mutation économique, la société de consommation qui se profile, la jeunesse à l'avenir incertain, un peu de guerre d'Algérie mais pas trop non plus... Ne rabâchent pas que des stupidités nos universitaires, n'ont pas tout à fait tort, mais n'ont jamais raison.
Car le véritable enjeu n'est pas là. Certains morceaux de votre vie peuvent bien rentrer dans les cases déterminées par les sociologues, mais à mon avis la question n'est pas de cet ordre, ces catégories ne prennent pas en compte l'imaginaire des protagonistes concernés. L'individu est davantage acté par sa représentation phantasmatique de son implantation sociale et poétique que par sa définition paramétrique.
Sans doute faut-il aller plus loin et s'appuyant sur la dernière phénoménologie husserlienne hasarder le concept d'imaginaire collectif que vous modelez autant qu'il vous module. En ce sens ce documentaire n'est pas mal fait. Vous refile toutes les pièces du puzzle mais pas l'image qu'il est censé représenter, ce ne sont des fragments abstraits que chacun se doit d'assembler non pas à sa guise – le premier imbécile venu se satisfait très facilement de réaliser l'effet miroir dans lequel il se reconnaît – mais de telle manière que la combinaison obtenue se signifie d'elle-même comme signifiance ultime. Le jeu des perles de verre d'Hermann Hesse. Avec une difficulté supplémentaire. Les perles ne sont point transparentes et se refusent à toute polarisation arc-en-ciélique. Vous n'y voyez que du noir. Pas une arnaque à la Pierre Soulages qui irradie ses toiles de nuances diverses. Non, simplement du noir blouson. Le plus opaque d'entre tous.
Cet aspect des choses présente un avantage, elle explicite la coupure qui s'est opérée dans la transmission générationnelle du rock'n'roll en France. Qui a emprunté beaucoup plus les canaux familiaux que les errements individuels. C'est ici que vous insèrerez les méditations situationnistes. Mais nous sortons là du sujet thématique traité par cette émission que vous regarderez avec profit. Nous en rediscuterons une autre fois.


Damie Chad.

JOE HILL
BREAD, ROSES AND SONGS

FRANKLIN ROSEMONT

( Editions CNT – RP )

Presque six cent pages ! En soi rien d'extraordinaire, juste un détail : tout ce que nous savons sur Joe Hill tient sur deux pages. Pas grand-chose, heureusement qu'il a été injustement condamné à mort et proprement exécuté en novembre 1915, sans quoi l'on n'aurait jamais entendu parler de lui. J'exagère, l'a laissé ses chansons. Attention n'existe aucun enregistrement de sa voix, mais elles ont survécu, dans les années soixante Dave Van Ronk, Joan Baez et tout le milieu folk new-yorkais ont contribué à perpétuer la flamme de son souvenir.
N'était pas tout à fait un inconnu de son vivant non plus, l'était le militant le plus célèbre de l'IWW. Ses chansons étaient sur toutes les lèvres, sur tous les piquets de grève. IWW, les trois lettres magiques, Industrial Workers of the World, Franklin Rosemont part du principe que le militant ne saurait cacher le syndicat. Au-delà de la personne de Joe Hill, c'est toute l'action des IWW qui est révélée.
L'IWW fut créée en 1905, dix années après notre CGT, l'originelle, d'obédience anarcho-syndicaliste de Fernand Pelloutier. Cela a son importance car l'IWW s'inspira des méthodes de lutte prônées par la centrale française. Le rêve de l'IWW était de réaliser the One Big Union, un syndicat unique, non corporatiste, qui défendrait l'ensemble des travailleurs, sans distinction de nationalité et de couleur, en d'autres termes et en pratique les IWW organisèrent les luttes des précaires, des intermittents, des saisonniers, elle fut par excellence l'organisation qui regroupa les hobos. Elle préconisa l'action directe qu'elle ne substituait pas à l'emploi de la violence révolutionnaire. Les IWW étaient des radicaux. Z'avaient lu Marx et pratiquaient la lutte de classes. Ne voulaient pas abolir le salariat mais anéantir l'esclavage salarial. Nuance de poids ! Marxiste mais pas communiste. Dès le tout début des années vingt, l'IWW critique les déviations de la bureaucratie soviétique... Elle fut la bête noire de la police et de la justice ( la première étant partout et la seconde nulle part ). Son discours frontal anticapitaliste envoya des milliers de ses adhérents en prison. L'on ne compte plus ses membres arrêtés, tabassés, torturés, assassinés... L'organisation implosa d'elle-même minée par ses courants intérieurs qui se déchiraient sur la conduite à tenir face à la répression... La montée de la puissance organisationnelle du Parti Communiste américain et sa théorie d'accumulation pacifique des forces lui porta aussi grand ombrage...
Joe Hill n'était en rien un responsable des IWW, un simple militant de base, un taiseux avant tout qui ne révélait rien de son existence à ceux qui l'ont croisé ou côtoyé, mais un engagé pur et dur, n'a pas hésité à prendre le fusil pour soutenir la révolution mexicaine, ne reste que peu de traces de lui, les témoignages les plus précis sont très brefs et se comptent sur les doigts d'une main, mais au-travers des rares informations qu'il a colligées Franklin Rosemont se livre à une radiographies des plus éloquentes des IWW.
Ne le mythifie en rien. Joe Hill n'était ni un grand compositeur – se contentait très souvent de reprendre un air populaire pour y plaquer ses paroles – ni un grand poète, même s'il a su trouver quelques formules percutantes. Utilisaient des mots simples et une grammaire basique mais ses chansons étaient les plus souvent reprises par les militants des IWW. Car c'était une spécificité des IWW de mêler actions sociales, agitations publiques, réunions décisionnelles et chansons. La brochure la plus célèbre du mouvement reste son Red Book, recueil de chansons, très régulièrement réédité et mis à jour. Ce serait une erreur de croire que cette pratique assidue du choral proviendrait du substrat christologique des USA, gospels noirs ou cantiques blancs. Les IWW n'étaient guère religieux, penchaient largement vers l'athéisme. Puisaient à une autre source, celle du romantisme anglais, Burns,Wordworth, Keats, Shelley, Byron, Swinburne étaient leurs poëtes favoris, vous y rajouterez entre autres Whitman et Poe...
Rosemont analyse finement comment la fréquentation de cette veine poétique ultra-romantique s'est combinée aux thématiques marxistes et a empêché tout dérapage dont furent victimes les organisations communistes qui accédèrent au pouvoir et qui en vinrent à réglementer toute création littéraire et artistique en l'enfermant dans les carcans intransigeants d'une littérature soumises à des diktats idéologiques qui se révélèrent être une censure impitoyable... Notons que de nos jours encore la gauche responsable de gouvernement ne cesse de dénoncer les mouvances anarchisantes comme des ramassis d'exaltés romantiques attardés, comme quoi il s'agit bien d'une ligne de fracture des plus prégnantes... Rosemont va plus loin encore lorsqu'il institue une ligne de démarcation qui induirait le communisme selon une préférence pour le roman et l'anarchisme selon une orientation poésiale...
L'Histoire – fût-elle poétique – est écrite par les vainqueurs. Des milliers de poèmes publiés par les IWW ne surnage que le nom de Joe Hill, mais Rosemont en présente quelques uns comme Ralph Chaplin – à qui la CNT emprunta le chat noir de son logo – Arturo Giovannitti, Laura Tanne qui n'est pas encore identifiée et dont il ne subsiste que quelques poèmes, Covington Hall, T-Bone Slim... des noms qui ne parleront guère au public français mais qui sont autant d'étapes vers la beat-generation, en quelque sorte des ancêtres de ce mouvement continu de contre-culture qui fut irrigué par le rock'n'roll.
William S. Burroughs et Jack Kerouac furent en leurs débuts très influencés par la geste des IWW. Si l'on met souvent en relation le roman Sur la Route ( On The Road ) avec les pérégrinations des hobos qui brûlaient le dur, l'on passe sous silence l'arrière-fond politique des revendications forcenées menées par les itinérants du rail en quête de travail... Il convient aussi de relire les oeuvres de Jack London et de John Dos Passos à cette même lumière. Pour les lecteurs de KR'TNT nous préciserons encore que Joe Hill rencontra Claude McKay l'auteur de Banjo que nous avons chroniqué dans notre livraison 325 du 20 / 04 / 2017... Les liens avec les mouvances littéraires et politiques des communautés noires s'en trouvent ainsi d'autant mieux symboliquement soulignés.
Tous ceux qui entrevoient le rock'n'roll comme l'un des vecteurs d'expression des révoltes contre-culturelles et populaires liront ce livre qui fourmille de mille informations avec intérêt. Les IWW ne possèdent plus l'aura et l'importance qu'ils eurent dans les vingt premières années du siècle précédent. Toutefois le syndicat n'est pas mort, c'est les IWW qui organisèrent les grèves qui voici quelques années firent plier la direction des Starbucks Café... La lutte contre l'hydre capitalistique continue.


Damie Chad.

 

14/06/2017

KR'TNT ! ¤ 333 : WELL SUSPECT RECORDS / DENIZ TEK / KING RIDERS / DIDIER BOURLON / ROCKABILLY GENERATION / BIG PUNK STORY / DJANGO

 

KR'TNT !

KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

LIVRAISON 333

A ROCKLIT PRODUCTION

LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

15 / 06 / 2017

WELL SUSPECT RECORDS / DENIZ TEK

KING RIDERS / DIDIER BOURLON

ROCKABILLY GENERATION / BIG PUNK STORY /

DJANGO

TEXTES + PHOTOS SUR :

  http://chroniquesdepourpre.hautetfort.com/

 

Well Suspect device

 

Incroyable mais vrai : dans son numéro 43, Vive le Rock publie une interview d’Eddie Piller, boss d’Acid Jazz, et de son bras droit Richard Searle. Deux pages pour annoncer le redémarrage du label Well Suspect Records. Nous voilà donc de retour chez les Mods anglais.
Et paf, Ed rappelle que sa mère Fran était la secrétaire du fan club des Small Faces. Steve Marriott lui achetait des jouets et Kenney Jones débarquait au volant de sa Rolls Corniche Convertible. Ed a cette chance invraisemblable d’avoir eu pour parents des Mods des sixties qui prirent le temps de lui expliquer que le Mods Sound System ne s’arrêtait pas aux Jam, mais qu’il s’étendait beaucoup plus loin, jusqu’à Art Blakey et Curtis Mayfield. Grâce à eux, le jeune Ed put se goinfrer de jazz, de jazz funk et de soul. Et comme tous ceux qui finissent par monter des labels, Ed lança un fanzine, le fameux Extraordinary Sensations qui tirait alors à 12.000 exemplaires et qu’il distribuait partout en Europe et aux États-Unis. Ed participa donc au fameux Mod Revival qui dura cinq ans, entre 1980 et 1985 et créa Well Suspect Records en 1982 pour lancer ce groupe qu’il appréciait particulièrement, The Untouchables. Dans l’interview, il cite aussi les noms des Makin’ Time et des Prisoners, puis du James Taylor Quartet qu’il lança. On s’en souvient, le groupe de James Taylor finit par faire un carton en Angleterre, grâce à John Peel qui flasha sur l’imparable Mission Impossible, allant même jusqu’à le maintenir cinq ans de suite dans son mythique Festive Fifty. Et là Ed entre dans le croustillant du détail, expliquant que les Prisoners misaient tout sur une certaine éthique du son, comme d’ailleurs Billy Childish, et qu’ils voulaient tout enregistrer sur un quatre pistes, sans faire d’overdubs. Sur Mission Impossible, on retrouve Allan Crockford, le bassman des Prisoners qui est aujourd’hui chanteur-guitariste de Galileo 7. Et comme Ed vendait ses Mission Impossible comme des petits pains, il put financer le lancement d’Acid Jazz.
C’est donc Richard Searle qui reprend les rênes de Well Suspect. Richard joue aussi de la basse dans Curdoroy, un Mod band de Londres sacrément réputé. Pour lui, Well Suspect se démarque d’Acid Jazz par un son plus musclé - a harder edge - Il relance donc le label avec la réédition de Dirty Mod, une compile datant des origines et dotée d’une belle pochette : un rocker et un Mod papotent au bord de la baie, installés sur leurs bécanes à l’arrêt. Les groupes qu’on trouve sur cette compile excitante sont parfaitement inconnus, mais ça ne les empêche pas de faire mouche. Rien ne vaut un Mod band quand il est bon. On se souvient des Who, des Makin’ Time et des Prisoners. Eh bien, les Beatnicks décrochent le pompon avec un «CC(Love Surprise)» noyé d’orgue et monté sur un bon beat Mod bien turgescent. Quand les Anglais pulsent du beat, ça s’entend. L’autre bonne surprise de cette compile est un cut de Bully Boy intitulé «Eight Rounds Rapid» et doté d’un violent parfum cockney. On note la bonne santé du mouvement. Tous les cuts de cette compile sont bons, mais ils se noient bien sûr dans l’océan des bons cuts qui comme chacun sait s’étend à perte de vue. On se régale aussi du «Toxic» des Third Degree, solide, infectueux et bâti comme un pilier droit. Si on écoute attentivement le fantastique «Did You See Her» des Fallen Leaves, on y débusquera des relents de hargne Whoish. Dans ses notes laconiques, Richard Searle ramène tout le vocabulaire idoine, le gritty rock’n’roll, le under the influence et le pounding twelve bars. Oui, tout y est. On a même en ouverture de B un «Rockin’ Girl» chanté par the Get Go et monté sur les accords de «Gloria». Eh bien figurez-vous que ce pompage ostentatoire passe comme une lettre à la poste. On le sait, les Anglais sont friands d’excentricités.
D’ailleurs, on retrouve the Get Go sur l’autre compile Well Suspect parue le mois dernier : Generation Mod, une véritable pétaudière. Cette fois, the Get Go reprend «Nutbush City Limits», mais avec le niaque des early Slade et ça donne de l’East-ending of it all ! Stupéfiant ! On note aussi sur cette compile magique la présence des Men Of North Country avec «They Don’t Know». Ce groupe basé à Tel Aviv semble extrêmement concerné par le mythe Mod. Un petit conseil : chopez leur album The North paru sur Acid Jazz. Quant aux Mads, ce sont des revivalistes espagnols un peu plus laborieux, mais leur «What I Need» vaut quelques encouragements. Le «Let Me Go» de Samuel S. Parkes qui ouvre le bal de l’A vaut son pesant d’or, car ça sonne tout simplement comme le plus obscur des hits secrets de la Northern Soul. Avec son «Falling», le Dave’s Doors Of Perception tape dans le garage psych. Leur South London Sound of it all fait feu de tout l’All the rage qu’on peut imaginer. En fin d’A on tombe sur un groupe de morpions, Dogtooth, moyenne d’âge 15 ans, et un «Get In Get Out» à se damner pour l’éternité : pur Mod rock plein de verve, d’aplomb et de classe, visité par un solo liquide absolument exemplaire. Tiens, encore deux bombes de B : «Be Somebody» par New Street Adventure, vrai stomp de Mod jerk monté au mad mid-tempo et ça s’en va groover au pont de la rivière Kwai. Encore un coup de génie ! Et ce «Raw» par les Soldiers Of Soul, terrifiquement bon, construit au groove de jazz-club de square, mélodique et brillant, encore un cut de rêve. On garde les meilleurs pour la fin : Aunt Nelly et Andy Lewis, oui, car ici, on monte encore d’un cran, comme si c’était possible. Mais oui, ça l’est ! Le «So Sad» d’Aunt Nelly relève aussi du pur génie : elle s’appelle Ruth Ling et cette blackette de Londres jerke le Mod rock le plus brillant de l’histoire du mad Mod myth. Tout aussi stupéfiant, voilà Andy Lewis avec «The Best Days», véritable événement mélodique, conçu dans l’envol, brillant et magique, le genre de cut qu’on ne croise qu’une seule fois dans la vie et dont on se rappelle jusqu’à la mort. Alors du coup, on ressort les albums, et pouf pouf pouf et colegramme, voilà les deux albums d’Aunt Nelly sur le label Mod allemand Time For Action ! Attention aux reprises qu’on trouve sur ces disques, car elles modishent bien le maddening, à commencer par l’infernale version de «Day Tripper», you take an easy way out, baby et Gavin Davies, eh bien il find out ! On s’extasie devant cette cover fraîche et bonne comme le pain blanc du petit matin de la rue Saint-Jean. Encore un merveille auntique en fin d’A avec «Rescue Me», chanté avec bravado et je vous garantis qu’on peut danser là-dessus jusqu’au bout de la nuit célinienne, la plus longue qui soit ici bas. Par contre, tout explose en B, avec la voix de Ruth Ling qui n’est même pas créditée sur la pochette ! C’est atroce, car Ruth chante comme une vraie Soul Sister. Elle casse si bien sa voix qu’elle ramène tout le pathos de Patmos. Et ça continue avec «Knocking At My Back Door». Alors que la basse roule et que l’harmo chatoie, elle groove le jerk au mad mood Modish et ça continue, car elle nous allume encore avec «The Faker». Elle chante d’une voix profonde et bien timbrée qui pourrait évoquer celle de Chrissie Hynde. Elle jerke son affaire jusqu’à plus soif. Le deuxième album d’Aunt Nelly s’appelle Shades Of Orange. Il est bardé d’énormités vivaces, comme cet «Helena» qui ouvre le bal des Laze. On a là un haut de gamme en matière de garage Mod féroce et finement teinté d’orgue, relancé au riff d’attaque éclair. C’est toute la hargne du Graham Bong ORGANization qui rejaillit. Ils enchaînent avec une reprise moddish du vieux «Satisfaction» des Stones, puis avec le morceau titre qui sonne comme un gros slab de pop Mod bien juteux et swingué à l’orgue. En B, on tombe sur une reprise de «Purple Haze». Excellente initiative, d’autant qu’ils nous brassent ça à l’orgue de club et que Gavin chante à l’inspiratoire nocturne. Ils bouclent cet excellent album avec «Landslide», encore un mook de Mod pop traité à l’insistance riffale classique, avec le soin du son que l’on sait, en tous les cas, c’est toujours à Londres que se joue le destin du mythe Mod.
L’album d’Andy Lewis paru sur Acid Jazz et annoté par Ed Piller s’appelle Billion Pound Project. C’est un chef d’œuvre. Andy Lewis y invite tous les gens qu’il admire. Ed Pillar dit d’Andy qu’il porte son cœur sur sa pochette - this creator and composer wears its heart on its sleeve - Pour Ed, Andy est le gentleman quintessentiel - the quintessential English gentleman - Quand on entend le groove magique de «100 Oxford Street», c’est un peu comme si on se retrouvait à l’angle de Wardour Street at midnight. La température monte violemment avec «(Love is) Alive In My Heart», car Andy fit chanter Keni Burke - a Curtis Mayfield prodigy - Il plane sur le cut un parfum de strong groovy magic. Mais ce qui suit est bien pire : Andy confie «Laughter Ever After» à Bettye LaVette et tout bascule dans la monstruosité, d’autant que Bettye attaque ça à la manière d’Esther Phillips, en chuintant légèrement. Le cut tourne à la dinguerie et ça groove tellement dans l’os de l’art qu’on se retrouve au sommet du genre. Stupéfiant ! En réalité, c’est Bettye qui rend hommage au quintessential gentleman et non l’inverse. La fête se poursuit avec une autre idole d’Andy, Reg King, qui comme chacun sait fut le chanteur des Action. Le cut s’appelle «Since I Lost My Baby», une fière reprise de Smokey. On a là un fantastique condensé de rock Action définitif. Nous voilà une fois de plus au cœur du mood de myth Mod, dans une sorte de perfection absolue, à l’équilibre parfait entre la classe Soul et l’élégance pop britannique. Encore un coup d’éclat avec «See You There» chanté par l’extraordinaire Lynda Laurence. Elle gueule comme Aretha et vrille son me-eeeeh. Encore une révélation un peu plus loin avec «Devastated», un cut de funk allumé au white heat et que chante Loleatta Holloway. C’est tout simplement le white funk de Sloane Square par un soir glacé et foggy, violonné et saxé, effarant de modernisme déterminé. Andy tend le micro à un autre héros, Andy Ellison, qui ramène sa morgue pour chanter «Heather Lane». C’est toujours un plaisir que d’entendre chanter ce fabuleux glammer métastaseur. Il reste encore une merveille au bout de cette B fatidique : «One By One» que chante Fonchi, une autre reine de la nuit londonienne. Andy lui fournit des chœurs de rêve, c’est-a-dire des chœurs Tamla. Et là, on re-décolle, une fois encore. Impossible de rester assis quand on écoute ce disque.
On ne remerciera jamais assez Ed Piller.

Signé : Cazengler, trip à la Mod de Caen

Well Suspect Records. Vive le Rock #43. Interview d’Eddie Piller et Richard Searle.
Generation Mod. Well Suspect Records 2016
Dirty Mod. Selected Finds For Filthy Minds. Well Suspect Records 2016
Aunt Nelly. ST. Time For Action 2011
Aunt Nelly. Shades Of Orange. Time For Action 2013
Andy Lewis. Billion Pound Project. Acid Jazz Records 2005

 

Tek c’est pas du toc - Part Two

 

À votre avis, qui est le grand voleur de tous les temps ? Arsène Lupin ? Fantômas ? Thomas Crown ? Jesse James ? Ronald Biggs ? Barbe Noire ? Rocambole ? Eh bien non. À côté de Keith Streng, tous ces gens-là sont des amateurs. Voici pourquoi.
Par un beau soir d’avril dernier, le Kalif proposait l’un de ces concerts dont on se régale à l’avance : Deniz Tek, épaulé par cette fabuleuse section rythmique que constituent les jumeaux Steve et Art Godoy, et par un guitariste qu’on ne présente plus, Keith Streng des Fleshtones. Oui, le gentil Keith, avec sa bouille de Pierrot lunaire et sa guitare à paillettes, la parfaite incarnation du mythe de l’ado qui refuse de vieillir. Aussitôt grimpés sur scène, ils mirent leur pétaudière en route avec un bon vieux coup de Birdman, un «Breaks My Heart» tiré de Living Eyes, et comme le savent tous ceux qui ont déjà eu la chance de voir Radio Birdman et le Deniz Tek Band en trio, c’était du tout cuit, du straight high energy rock’n’roll digne du temps des Hydromatics, une vraie petite blasterie jouée ventre à terre, sans la moindre concession pour les canards boiteux. Ils jouaient ça avec une telle conviction qu’on voyait déjà des gouttes perler sur les fronts. Deniz était tellement concentré sur la conduite de sa pétaudière qu’il en oubliait de rigoler. Il écrasait son champignon avec une hargne non dissimulée et pilotait son bolide avec la poigne de fer d’un Sterling Moss. On sentait en lui le crack du Michigan, l’indestructible vétéran de toutes les guerres, l’instigateur du rock qui fume, le chef de meute. Mais à sa droite, Keith commençait à tourbillonner comme une étoile du Bolchoï, il multipliait les virevoltes ascensionnelles et les doubles toupies giratoires. Il se recevait au millimètre près sur la pointe du pied et claquait l’un de ces fulgurants accords dont il a le secret. Personne ne se serait étonné de le voir faire un triple saut périlleux arrière. Grâce à sa minceur proverbiale, il pouvait vraiment tout se permettre. Il passait même plus de temps en l’air qu’au sol. Avait-on déjà vu un guitariste aussi volatile ? Non. On ne redoutait plus qu’une chose : qu’il descende de scène pour aller jusqu’au bar et s’y hisser pour danser le French Cancan, comme au temps du Nouveau Casino. Par miracle, il nous épargna cet éprouvant spectacle. Ouf ! Mais il n’en multipliait pas moins les figures de style, il finissait même par donner le vertige. Comme le patineur de Verlaine, il zigzaguait merveilleusement et revenait juste à temps se poster derrière le micro pour participer au festin des chœurs.
Occupé à serrer les virages, Deniz ne se rendait compte de rien. Il se mit soudain à taper dans la crème des cuts, comme ce fringant «Can Of Soup» tiré de son précédent album, un modèle de marche-ou-crève digne des légions romaines, au temps où elles traversaient les Alpes d’une seule traite et en sandalettes. Le groupe tournait à plein régime et Keith se sentait pousser des ailes. Il virevoltait de plus en plus et monopolisait petit à petit toute l’attention du public. On ne voyait plus un Fleshtone mais un fabuleux ectoplasme sonique devenu incontrôlable. Il bondissait, moulinait, il hennissait et grimaçait, il redonnait au rock la vitalité de sa jeunesse, il ramalamatait, il faisait tout ce qu’il était humainement possible de faire sur scène, et Deniz, l’œil rivé sur l’horizon, continuait de foncer, sans se douter de rien. Comme si ça ne suffisait pas, Keith passa en lead pour chanter «Accumulator», un vieux hit des Fleshtones, histoire de remettre quelques pendules à l’heure et la tension monta encore d’un cran avec l’excellent «Prison Mouse» tiré du tout nouvel album solo de Deniz, Mean Old Twister, dont il a décoré la pochette de l’une de ses toiles abstraites. Avec sa belle attaque riffale de front, la petite souris mit le public dans sa poche. Deniz shootait tout le hard time du Montana dans le vieux mayem du Michigan - Dead man walking - et fit basculer le Kalif dans le meilleur chaos de Cap Horn qu’on ait vu depuis le grand retour des Birdmen à la Maroquinerie - He never whispers/ never speak - Deniz tapait dans la meilleure niaque des bas-fonds. Ils enchaînèrent avec «Comanche», un instro tiré lui aussi du dernier album, et qui sonnait comme du Link Wray, mais hélas sans la démesure shawnee. Avec «New York Confidential», Deniz adressa un clin d’œil appuyé aux Dolls - David’s Looking for a kiss - et bien sûr, Keih profita de l’occasion pour claquer ses claquemures riffales à la volée, réinventant au passage la notion même de festival du moulinet. L’œil toujours rivé sur l’horizon, Deniz chantait ça d’une voix profonde de mineur cancéreux, shootant ainsi une violente dose de pathos dans le cul du cut. Et soudain, le set bascula dans la poche de Keith. Il prit «Never Grew Up» au chant et entraîna la petite assistance directement au firmament. Franchement, on ne pouvait rien espérer de mieux en matière de garage-mâchoires serrées-rivières de sueur. Ce mec semblait vouloir jouer une sorte de garage définitif, presque sans le faire exprès. Quand il ne danse pas le French Cancan, Keith Streng peut être l’un des meilleurs garagistes de notre époque. En trois couplets, il enfonça les clous du cercueil, scellant ainsi le destin du set, et redonna surtout envie de réécouter les albums des Fleshtones. La fin de set se mit à friser la formalité. Par miracle, personne n’osa demander à Keith de chanter d’autres hits des Fleshtones. Et pourtant, ce n’était pas l’envie qui manquait. Ils firent encore quelques belles reprises de Birdman, comme ce vieux «Love Kills» tiré de Radio Appear et un coup de «Snake» à la suite. Ils firent un petit retour au nouvel album avec un «Crossroads» étrange car monté sur le beat turgescent de Plastic Bertrand. Ça donnait presque envie de danser le pogo avec les copains. Nous n’étions pas au bout de nos surprises, car ils se mirent à taper dans l’intapable, c’est-à-dire l’antique «Shot By Both Sides» jadis offert par Pete Shelley à Howard Devoto qui allait en faire l’un des singles magiques des années de braise. Deniz jouait le thème et Keith l’étoffait. On les sentait investis d’une mission divine. Peu de gens se seraient lancés dans une telle entreprise. Le pire, c’est que Keith ne semblait produire aucun effort. Il jouait ça comme s’il grattait «Santiano» au coin du feu, dans un campement de louveteaux. Il jouait en rigolant et tournoyait comme un derviche. Ils revinrent en rappel rendre un bel hommage à Iggy avec une reprise d’«I Need Somebody» et enchaînèrent avec l’imparable «Hand Of Law», ce vieux hit de Birdman aussi fédérateur qu’un hymne national. Mais le mal était fait.
Après le concert, le Professor et le Loser sifflaient un godet au bar. Ils ne parvenaient pas à dissimuler leur consternation.
— Vous avez vu ça, Professor ?
— Yurk ! Keith stole the show !
— Quel voleur, ce Keith ! Il n’a pourtant pas l’air vicieux.
— Vous avez raison, Loser, on pourrait même lui donner le bon Dieu sans confession...

Signé : Cazengler, complètement Tok


Deniz Tek. Le Kalif. Rouen (76) 14 avril 2017

 

10 / 06 / 2017TROYES
3 B
THE KING RIDERS



En route pour le 3 B au travers de la campagne verdoyante et ensoleillée vers ce qui sera certainement pour nous le dernier concert de la saison dans cet antre dévolu au rock'n'roll qu'est le 3 B. Un autre est prévu avec les Ghost Highway le quatorze juillet – un peu de fanfare rock'n'roll vous changera de la musique militaire - mais normalement nous voguerons alors sous d'autres cieux étésiens.
Un peu réservé, les tribute groups ne sont pas ma tasse de thé favorite, mais Béatrice la patronne me rassure et DJ Fab Rockin' qui veille sur la sono -s'est chargé dans l'après-midi du sound check - me confirme, ça arrache. Deux oiseaux de bon augure qui seront plus que confirmés par les trois chevauchées successives des King Riders.

RIDE 1


Clair et net au bout d'une minute et demie, nous ne sommes pas en présence de demi-sel ou de quatre portions de vache qui rit. Rien de pire que le Pelvis. Inimitable. Vous écoutez, ça semble facile, l'évidence même. Avec le King, le rock'n'roll coule de source. Et s'il n'y avait que le rock, filez-lui un sirop pur sucre synthétisé et il se débrouille pour y distiller une morsure alligatorienne qui vous requinque la pochade en deux tours de langue, chez Elvis quand le rocker est aux abonnés absents, l'Artiste est toujours là. En attendant les King Riders entreprennent de nous fourguer en douce My Baby Left Me, un des premiers joyaux de RCA. En douce pas vraiment, à leur manière, en rythme accéléré, attention ce ne sont pas des punks qui déménagent le buffet de Tante Agathe en le jetant par la fenêtre du vingtième étage, non, z'ont trouvé l'angle idéal pour le faire glisser sur les marches et slalomer sur les paliers avec une habileté diabolique. Premier coupable, Mick et sa batterie, rythmique, ne mollit jamais, un métronome atomique, ne défaillira pas d'une seconde de tout le set, file la cadence et les autres suivent. Pour la guitare rythmique de Jess Wade et la basse d'Alain Philippe, c'est facile suffit de se couler dans le moule et de suivre le mouvement. Toutefois surveillez-les comme le lait sur le feu. Moins évident pour Didier Bourlon, mettez-vous à sa place, comment arriveriez-vous à insérer au milieu de ce galop implacable ces petits soli de dix secondes qui sont tout l'intérêt du rockabilly ? Oui, mais Didier Bourlon ne vous ressemble pas, fait un demi-pas en avant et hop, il y parvient, comme le magicien qui vous tire une collection de lapins de son chapeau, à croire qu'il contient dans son modeste couvre-chef une garenne entière. Soyez plus attentifs, écoutez ces minuscules inflexions de la basse et de la rythmique, une épaisseur d'un millième de poil de chat des collines et ils vous ouvrent un boulevard dont Bourlon s'empresse de brûler tous les feux rouges. Je vous entends vous impatienter, oui Elvis c'est avant tout une voix ! Jess Wade est chargé de l'impossible mission. L'est sûr que de temps en temps l'on perçoit des inflexions presleysienne dans son vocal, mais sans effort d'imitation. Mise plutôt sur l'acquisition du phrasé si particulier du Sud cette façon de ralentir les syllabes tout en maintenant une vitesse élocutoire des plus rapides. Ne joue pas au clone. Le Presley de Mystery Train était avant tout un déhanché sublime, un jeu de jambe et de bras époustouflant, Jess Wade dans sa chemise bleue reste immobile, les lèvres collées au micro qui repose sur son pied. L'est impressionnant par la facilité avec laquelle il vous débite les titres les uns après les autres – catalogue Sun et premiers mois chez RCA – sans prendre le temps – ne serait-ce que quelques secondes – de les mentaliser, d'en visionner à l'avance les difficultés dans sa tête, non il vous les sort naturellement comme quand vous ouvrez votre frigidaire pour attraper une bière fraîche. Du grand art, au 3 B tout le monde connaît les versions originales, vous ne faites pas qu'écouter, vous comparez au fur et à mesure, et vous vous dîtes, il s'en tire bien, il évite tous les pièges, il vous surprend, il vous arrache des sourires de satisfaction et à chaque fois les applaudissements et les cris fusent. Avouons qu'au 3 B Elvis possède un fan club, l'est le totem propitiatoire de toute une partie de l'assistance. Z'oui, mais ce soir, entre attirée par le bruit, toute une famille américaine qui se rendait en son hôtel juste en face, vont-ils se moquer de ces frenchies coassant qui se la jouent amerloque de traviole, point du tout, sont tout esbaudis, ravis, aux anges, notamment la grand-mère qui se met à remuer comme une insupportable gamine de quinze ans qui veut se faire remarquer lors de sa première surprise-party, retrouve sa jeunesse, euphorique, interrompt le show pour demander un hommage à Chuck Berry, et se remet à jerker comme une folle. Seraient-ce des petzoules perdus du fond du Montana jamais sortis de chez eux, mais non, viennent de Chicago, un endroit où les groupes de rock prolifèrent à tous les coins de rue. A la fin du set faut leur montrer une affiche des King Riders ( parce que notre prononciation apparemment n'est pas parfaite ), sont tout émus, et la fille de la grand-ma vient me remercier les larmes aux yeux comme si je lui avais sauvé la vie. Je n'ai rien fait, mais avec ce premier set les King Riders viennent de cartonner jusqu'aux States !

RIDE 2


Le premier set s'était terminé sur Devil in Disguise. De la daube affirment les puristes, qui ne lui ont jamais pardonné d'avoir abandonné the pure rock'n'roll... N'entrons point dans la polémique, le King était le roi dans sa musique... Inquiétons-nous de l'étrange phénomène dont nos riders sont le vecteur. Métamorphosés ! Certes physiquement ils n'ont pas changé, mais le deuxième set n'a rien à voir avec le premier. Formation identique, musique différente. Exit la rythmique endiablée et sulfureuse de la première partie. Jess Wade nous a prévenu, nous partons pour Las Vegas, de C. C. Rider à Burning Love. Bye-bye le son rêche du sud, bonjour la puissance. Mick écrase sa batterie, en démultiplie l'ampleur sonore, la basse d'Alain bourdonne comme un essaim de frelons, vous trace de ces lignes au crayon gras dignes d'un calligraphe japonais, tout dans l'épaisseur du trait et la guitare de Didier Bourlon s'impose d'une manière explosive. A croire que jusqu'à maintenant ils ont joué les amplis éteints. Jess a délaissé sa gratte, et s'avance vers le public micro en main. Autant il était resté immobile l'heure précédente, autant maintenant il bouge avec prestance tel un guépard bleu. Un set de fous qui dynamite le public. La grand-ma au premier plan dont les cheveux blonds tournoient autour de sa tête comme des pales d'hélicoptère. Le désert du Nevada n'a jamais été aussi brûlant. Comment s'y prennent-ils à trois musicos pour produire une telle tornade ? Mystère incompréhensible. Plus la voix de Jess qui survole le carnage comme un vol de vautours après la bataille. Un moment magique. Qui se termine par une erreur dramatique. L'annonce du dernier morceau. N'auraient jamais dû. Sont illico pris en otage par une foule vociférante, Béatrice la patronne leur rappelle l'étrange coutume du 3 B, ici les sets marchent par trois. ( C'est la sainte-trinité des rockers troyens ). Demandent une pause qui leur est généreusement accordée, faut dire que vu la chaleur ambiante une réhydratation généralisée est nécessaire.


RIDE 3


Une vive discussion agite the american family, heure avancée, départ aux aurores, fatigue, chaleur, la grand-ma a besoin d'un repos. Réussissent à l'entraîner à son corps défendant. Vingt minutes plus tard, la revoici qui se glisse incognito dans le bar comme une voleuse, pas question pour elle de rater le troisième set. Surtout que Jess Wade est tout seul, avec sa guitare, de sa voix de miel il entonne coup sur coup Love Me Tender et Are you lonesome to-night ? genre de question malhonnête à laquelle la gent féminine ne saurait résister. L'est rejoint par ses trois acolytes pour un moment spécial. S'est déjà glissé plusieurs fois au micro pour les choeurs dans le gig précédent, mais en l'honneur de son anniversaire les Riders offrent à Duduche son morceau fétiche, un Whole Lotta Shakin' Goin On d'anthologie. Encore quelques titres d'Elvis et Jess laisse ses cavaliers poursuivre la besogne. C'est Alain qui se charge, excellemment, du vocal, des classiques à la pelle, un Twenty Flight Rock détonnant et un Blue Jean Bop qui m'est spécialement dédicacé... mais ce n'est pas fini, un dernier chef d'oeuvre de maître Beef à la guitare, une entrée flamenco à soulever une arène suivi d'un rumble plein pot, pointe de vitesse terminale et vingt cinq fois le tour du circuit, une espèce d'ouragan qui n'en finit pas de souffler... Et tout s'arrête sous les hurlements de plaisir... Pas une seconde de trêve, la grand ma' s'empare aussitôt des King Riders...

CONCLUSION


1 ° ) Elvis ce n'est pas de la gnognote ! Vous enflamme encore la soirée quarante après sa disparition...
2 ° ) Les King Riders sont au top, ne vous refilent pas du plaqué toc, ces quatre lascars ne sont pas nés de la dernière pluie, connaissent tous les tours et détours du rock'n'roll, et vous en font profiter un max, des orfèvres ! Pour preuve : je ramène Jean-Jacques à la maison, un fan de métal, l'a son billet pour le Hellfest, un amateur de gros tonnage, s'est précipité sur le T-shirt des King Riders...
3 ° ) Si la grand ma' - une trump-la-mort comme vous n'en avez jamais vu - avait eu un demi-siècle de moins... Non n'imaginez pas, vous vous feriez mal.

4 ° ) Sans oublier un merci spécial à DjRockin Cats pour la sono.

 


Damie Chad.

WHERE'S MY HOME ?
Dr BOURLON and Mr JACK


( Jerominus Production / 2011 )

Where's my Home / Sensual Pop'n'roll /Indians / Rock'n'Roll Swing / Spanish Guitar / Viré Ex Abrupto / Jazz Guitar / Santana Blues / Qu'as-tu fait de mes chiens et de mes chats ( mon amour ) / Jungle Love / The blues / No Love for You / Rock'n'Roll Nells / Blues in my Heart / Hard Rock Guitar / We don't Care.
Compositions originales de Didier Bourlon.

Certains vous pondent un album tous les ans, ils ont un plan de carrière, ils l'appliquent avec méthode. Existe aussi une seconde race, ceux qui ne s'expriment que lorsque la nécessité s'en fait ressentir. En période de crise. Quand ils n'ont rien à dire ils se taisent. L'universel bavardage ne les concerne pas. Ne ramènent pas leur fraise toutes les semaines à heure fixe. Ne mouftent que quand la situation est grave. C'est le genre Rimbaud qui nous délivre Une Saison en Enfer, laisse en chantier ses Illuminations et puis bye-bye, j'en ai déjà trop dit, vous avez l'essentiel, s'en va se promener dans les solitudes africaines. Didier Bourlon est un de ces oiseaux migrateurs.
Where's My Home ? est le récit musical d'une crise existentielle que traverse Didier Bourlon après plusieurs années d'une vie particulièrement déjantée dans le tohu-bohu du rock'n'roll. Point de message, point de paroles, à l'auditeur de lire entre les notes les confessions de Dr Bourlon et Mr Jack. Pour Miter Jack regardez du côté de la dive bouteille rabelaisienne version Tennessee. La couleur du serpent, le goût du reptile, le véritable venin du crotale. Plongée dans l'abîme. Pour mieux en ressortir.
Where's my home : la bonne question. Gauguin se la posait aussi dans son chef d'oeuvre, D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Notre guitariste commence par répondre à la première, sans l'ombre d'une hésitation, sans bavure, provient tout droit du rock'n'roll ! Vous balance la réponse sur la transe électrique avec ces surajoutances de tuyauteries de riffs d'or purpural, qui sonnent quelque peu comme des refrains nostalgiques d'un passé éblouissant. Sensual Pop'n'Roll : au cas où vous n'auriez pas compris ou que vous ignoriez tout du rock'n'roll vous met quelques double points sur les i. La même chose, mais avec des douceurs musardines, des frissons coquins comme des appels faunesques à la volupté. Indians : tout se paye en se bas-monde. Vous qui êtes ivres de liberté l'on vous déclare la guerre et vous voici sur le sentier sanglant, beaucoup plus fureur qu'Apache, tout se précipite, en route pour le grand désastre, riffs épiques pour rappeler les combats menés. La guitare miaule comme une portée de bébés tigres affamés dont la mère qui a été abattue ne reviendra pas. Rock'n'Roll swing : toujours en savoir plus sur ses origines, en route vers la guitare swing, des Shadows l'on passe à certaines parties instrumentales que l'on retrouve sur les plages moins connues d'Eddie Cochran. Spanish guitar : ne pas prendre les rockers pour des sombres brutes qui ne connaissent que le rock et ses œillères. Bourlon adopte un jeu de virtuose brode sur une rythmique sambaïque, vous intercale les notes entre les battements avec la précision d'un mosaïste antique de Pompéï. Viré ex abrupto : same player shoots again, l'identique retour du même mais ici faut faufiler les doigts dans les barbelés de la vie, tout va plus vite et vous n'avez plus droit à l'erreur puisque vous êtes en train d'en payer les conséquences, l'argumentation vaseuse induit un jeu encore plus rapide, encore plus précis, encore plus subtil. Jazz Guitar : l'on se console comme on peut, chez son ami Charlie Christian, ne vous fait de cadeau le bougre, est d'une grande exigence mais vous connaissez votre plaidoyer par cœur et vous vous en tirez comme un chef. Santana Blues : l'est temps de faire chauffer la colle et d'allonger les notes comme des pleurs le tout sur une rythmique vaudou, quand on ne sait plus qui on est l'on essaie tous les exorcismes. Qu'as-tu fait de mes chiens et de mes chats ( mon amour ) : la grande explication, le riff mélodrame et les accusations sans concession. L'on vise à l'essentiel, avant la femme et les enfants l'on sauve d'abord le chat et le chien, l'on pense à ceux qui vous ont aimé sans arrière-pensée et qui ne vous reprochent rien de vos errements. Musique vindicative. Jungle Love : l'amour est une jungle luxuriante, un opéra phantasmatique avec grand orchestre, les singes jacassent, le serpent python mesure votre approche, le tigre aiguise ses dents, la femme halète sous la morsure du sexe que vous lui infligez, torpeurs fétides, voyage jusqu'au bout des nuits humides. The blues : tombe sur vous poisseux comme des épines empoisonnées qui mordillent vos cordes, frustrations, violences rentrées qui ne demandent qu'à s'épanouir en flaques de sang. Qui a dit que le blues était une musique désespérée ? Un imbécile qui ne connaît pas la puissance dévastatrice de la haine. Not Love for You : l'ambiguïté la plus terrible. L'absence du désir se manifeste-t-il à votre encontre ou comme la cautérisation d'une séparation définitive ? La guitare colmate les trous de vos blessures. Commence par hacher menu et rapide les chairs pourries de votre âme atteintes de gangrène. Aux grands maux les grands remèdes. Rock'n'roll nels : la mauvaise fièvre est tombée le rock'n'roll revient en force, pas encore la guérison définitive Mais la guitare chante beaucoup plus qu'elle se lamente. Blues in my heart : retour de fièvre, mais jugulée et maîtrisée, le blues gémit avec cette indolence caractéristique qui trahit la fierté de voir le bout du marécage. Les alligators ont eu tort. Gisent dans leurs sang, n'auraient pas dû vous attaquer, votre guitare est un couteau tranchant que vous enfoncez bien profond. A coups redoublés. Hard rock guitar : guitar on the highway triomphante, avale le bitume comme une Harley, dévore la route et les kilomètres, grands espaces et perspectives infinies. Notes en cascades. We don't care : la guitare sonne comme les cuivres qui annoncent la victoire finale. Elle tinte de tous les côtés et glapit de savoureux défis au monde entier. La crise est surmontée. Ce qui ne nous a pas tué nous rend plus fort. Avertissements sans frais. Sang frais dans les veines de la vie conquérante.

Un roman. Passionnant. Traversée de l'ombre la plus noire à l'aurore la plus radieuse. Soyons francs un disque de rock'n'roll sans chanteur est souvent rapidement ennuyant. J'écoutais Jo Satriani l'autre jour quand je me suis aperçu que le CD était terminé depuis une bonne demi-heure et que mon esprit vaquait à mille lieues... Mais ici, ne s'agit pas d'aligner les plans les plus virtuoses à la queue leu leu. Un guitariste voyage dans la musique populaire américaine, not just for fun, pas de visite muséale, mais un malaise existentiel à exprimer. Un homme perd et retrouve le chemin de sa maison, rien de plus, rien de moins. Un itinéraire des plus classiques du rock'n'roll. Et de l'existence. Encore faut-il être capable de l'exprimer avec une guitare. Très bonne médecine dispensée par le docteur Bourlon. Vous reprendrez bien une gorgée de Mister Jack ?


Damie Chad.

 

ROCKABILLY GENERATION. N° 1
Mai / Juin / Juillet 2017

Une nouvelle revue éditée par l'Association Rockabilly Generation News ( 7 hameau Saint-Eloi / 35 290 Saint-Méen-Le Grand ), 32 pages, 3, 50 Euros + 3, 40 de frais de port pour 1 ou 2 numéros, abonnement 4 numéros : 25 Euros, chèque à Lecoultre Maryse 1A Avenue du Canal 91 700 Ste Geneviève-des-bois ou paiement Paypal maryse.lecoutre@gmail.com. FB : Rockabilly Generation News. Excusez toutes ces données administratives mais the money ( that's what I want ) étant le nerf de la guerre et de la survie de toutes les revues...

Beau papier, impression couleur, un bel objet. Sergio Kazh, photographe et amateur de rockabilly cornaque le projet, Rockabilly Generation News entend mettre en lumière les trois générations successives du Rockabilly tout en mettant l'accent sur les jeunes formations. Le sommaire de la revue décline parfaitement ce projet : hommage à Chuck Berry, suivi d'articles sur les Spunyboys, Miss Victoria Crown, Barny and The Rhythm All Stars. Le rockabilly est avant tout une musique vivante, la parole est donnée à Béatrice Berlot la patronne du 3 B qui en quatre ans est parvenue à faire du 3 B son café, sis au coeur de la ville de Troyes, un des lieux de prestations incontournables pour nombre de formations tant françaises qu'internationales, dans lequel KR'TNT ! vous invite souvent, d'ailleurs l'article se termine sur des extraits de notre compte-rendu du concert des Wise Guys. Présentation aussi du Eight o' Clock Jump # 7 ( Crazy Dogs, Jack Baymore, Foggy Mountain ) organisé par l'association Fishes and Swallows de Villeneuve Saint Georges qui depuis 2003 s'emploie à introduire de nombreux artistes étrangers sur le sol national, des défricheurs.
Big Sandy en couverture. Grosse pointure, des enregistrements qui semblent sortis tout droit des années cinquante et qui ravissent le coeur de bien des fans, une étonnante résurgence du son originel du rockabilly en plein vingt-et-unième siècle, l'a retrouvé le secret perdu que bien des formations cherchent encore...
Un agenda concerts avec reproduction des flyers termine la revue, même procédé pour les disques, suivis de simples indications et dépourvus de la moindre chronique de leur contenu ce qui est un peu dommage.
Belle maquette – due en partie à Gilles Vignal, batteur émérite et infatigable activiste du rockabilly français – superbes photos de Sergio Kazh – nous lui en empruntons quelquefois lors de nos articles – beaucoup d'interviews, bref une revue vivante, d'amateurs et de fans, une véritable aventure éditoriale, qui ne demande qu'à grandir et à se développer, parions que les lecteurs seront au rendez-vous.


Damie Chad.


NO FUTURE
UNE HISTOIRE DU PUNK

CAROLINE DE KERGARIOU

( PERRIN / Juin 2017 )

On l'a mis de côté pour vous, Monsieur Damie et le libraire se saisit du bouquin, un pavé, la taille d'un Tupolev, tellement lourd qu'il manque de lui échapper de s'écraser au sol, un livre sur le punk, son regard se fixe sur le nom de l'éditeur. Chez Perrin en plus ! C'est du sérieux, des spécialistes de la biographie historique, pas des rigolos, un gage de qualité, et il termine sur un ton dubitativo-exclamatif, sur le punk, quand même !
En plus il a raison. Un livre sur le punk, vous vous attendez à tous les débordements impossibles et inimaginables, une maquette à l'arrache, des gros mots en lettres majuscules à tous les coins de page, des typographies chancelantes, des traces de sang suspectes sur la couve, des clichés criards, des titres qui claquent comme des coups de revolver, que sais-je ! Et bien non, c'est tiré au cordeau, longs paragraphes et lettres minuscules, tout ce qui existe de plus classique, une présentation quasi-rébarbative, de quoi décourager le lecteur pressé avant la première ligne. De fuite et de suite ! Un truc aussi volumineux que la Recherche du Temps Perdu du divin Marcel, un parti-pris d'anti-punkitude par excellence.
Mais chez KR'TNT ! on n'est pas du genre à abandonner le navire au premier iceberg mastodontique qui se profile à l'horizon. Prudent tout de même on a commencé par la préface, six pages, c'est l'auteure qui s'en est chargée, belle démarche, n'a pas demandé à un rock critic patenté de déposer sa petite crotte convenue, l'a suivi un des préceptes essentiels du Punk, Do It Yourself, elle s'y est collée comme une grande, et ma foi elle nous a scotché, pas tout à fait idiote la Caroline de Kergariou, dirai même qu'elle n'est pas stupide, plutôt fine mouche. Je l'avoue, elle m'a séduit, alors je l'ai suivie – pas à la midnight rambler mon couteau d'éventreur à la main – jusqu'au point final de la cinq cent quarante huitième page - en reste encore une centaine pour les notes et la bibliographie.
Une fille qui ne vous mène pas en bateau, sait de quoi elle parle, elle connaît tout, elle n'oublie rien, et l'on sent qu'elle aurait pu en rajouter encore et encore. Elle a du style, vous prend par la main et vous mène dans tous les couloirs du labyrinthe, une charmeuse, une ensorceleuse, me suis couché tard et levé tôt pour la quitter le moins possible. Faudra que je ressorte mes collections de Rock'n'roll Musique, de Rock en Stock, et de Rock Hebdo puisqu'elle y écrivait déjà à l'époque, in the seventies. En plus ne s'adjuge pas le rôle du témoin irremplaçable qui a tout vu, tout connu, tout vécu, et qui va tout vous expliquer, monsieur le Commissaire.
La fille discrète qui ne se met pas en avant. Pour un peu vous la prendriez pour une petite fille modèle qui a compris les limites du job. Faut perriniser la réputation de la maison. Du sérieux avant tout. De l'ordre et de la méthode. De la racine la plus profonde au faite de l'arbre. L'on explore le tronc, les branches maîtresses et l'on passe en revue les rameaux un par un. Méticuleuse à l'extrême sans que cela ne devienne jamais lourd et indigeste. Z'ont dû exulter chez Perrin quand elle a rendu son boulot, parfait, superbe, rien qui dépasse, une objectivité d'historien breveté, un travail digne d'un chercheur universitaire. Toutes les qualités. Que vous n'appréciez pas. Ce n'est pas de votre faute c'est que – excusez-moi ce jeu de mot à remembrance pink floydienne pour un bouquin sur le punk - le goût du Gini n'est pas le coup de génie.
Z'oui mais. N' y a même pas besoin de lire entre les lignes. Caroline de Kergariou manie le yatagan de l'ironie avec une dextérité inouïe. Vous remet les pendules à l'heure sans avoir besoin de tourner douze fois la grande aiguille. N'a pas l'air d'y toucher, mais elle vous envoie les exocets sous la ligne de flottaison, l'air de rien, avec le sourire malicieux de la gaminette perverse qui caresse le chat pour mieux lui marcher sur les pattes. En plus – c'est pour cela que je l'adore – elle tire sur les mêmes ambulances que moi. Une sœur siamoise, n'aime pas tout ce que je déteste. Mais plus finaude, n'y va pas direct, vous entourloupe la chose mais ne la loupe pas.
Je prends deux exemples. Sex Pistols ou The Clash ? Elle n'introduit pas le sujet avec ma balourdise d'ours mal dégrossi, ne s'agit pas d'une stupide guéguerre du style Chaussettes Noires contre Chats Sauvages. Le genre de préférence dichotomiale personnelle sans aucun enjeu, l'est plus subtile que cela notre Caroline, ce qu'elle cherche à saisir c'est l'essence du punk au-delà de toutes ses métamorphoses qui ont accompagné ces quarante années d'existence. En plus nous sommes-là au cœur sommital de la naissance du punk. Ne se prive pas de mettre le pouce du pied sur les contradiction du Clash – n'a pas été tendre auparavant avec les poutres qui encombrent l'œil crevé des Pistols – bien beau le Clash, mais l'introduction du reggae dans le punk, elle le juge comme un dévoiement intolérable.
S'attaque aussi au punk de par chez nous. Dénonce les traîtres, ceux qui se sont revendiqués de la radicalité punk en 1977 pour tourner – au premier vent mauvais des années suivantes - vers l'eau sucrée et frelatée de la modernité des jeunes gens à la poursuite d'une gloire qui se refusera, les Taxi Girl et les Lili Drop de la pacotille variétoche ( elle ne prononce pas ce mot, je le revendique ) que certains s'obstinent à présenter comme les martyrs du rock'n'roll national.... en passant elle règle son compte à ces faiseurs de Starshooters, le punk france-intérisé, pasteurisé, écrémé et débarrassé de ses agents vomitifs... Même pas capables de remporter le tremplin du Golf-Drouot.
Mais qu'est-ce que le punk ? Ne vous raconterai pas la saga, vous la connaissez sur le bout des doigts. Et si vous êtes néophytes ou que vous ayez besoin de réviser vos fondamentaux, le mieux et le plus utile sera de vous procurer le bouquin et de le lire. Voudrais seulement évoquer quelques points saillants.
Primo : le cas Malcolm McLaren, à l'écouter c'est lui qui a tout fait. Tire toute la couverture à lui, plus les draps, plus l'édredon en plumes d'oies. L'imprésario – m'étonne que l'on n'emploie que très rarement ce vocable, avec tout ce brouillard de factice rodomontade qui caractérise si bien notre Monsieur Loyal du punk, pour le désigner – n'est pas le géniteur, le noyau de ce qui allait devenir les Pistols était déjà en marche lorsqu'il décide de les cornaquer. Applique et improvise sa méthode : celle du rhinocéros dans le magasin de porcelaines sales des médias. Ne chipotons pas : s'il ne réussit pas son coup, le coup réussit. L'écart de la formule réside en ce qui lui appartient en propre et la différence manquante que les autres apporteront. L'on évoquera les accointances situationnistes de Malcolm, Caroline n'y croit guère, vaudrait mieux évoquer ce kairos cher aux sophistes de l'ancienne grecque, cet instant propice, cette fenêtre de tir, cet alignement des planètes, cette opportunité circonstancielle qu'il s'agit de ne pas rater si l'on veut l'inscrire en une historialité signifiante.
En ses germinations, tant américaine qu'anglaise, dans les deux cas, la proto-mouvance punk ne compte pas plus d'une centaine d'individus. C'est peu, mais avec un seul point d'appui Archimède se faisait fort de soulever le monde. L'œuf initial du phénomène possède à chaque fois deux cotylédons, une face prolétarienne et une face arty. Cette partition ne correspond pas exactement à un partage classique du type marxiste mais y participe toutefois. Pour prendre un autre exemple bien de chez nous, les premiers militants de ce qui allait devenir la Gauche Prolétarienne après le joli mois de mai 68, cristallisait en son sein un noyau issu du lumpen-prolétariat et un ovaire qui regroupait une obédience d'intellectuels de très haut niveau. Le punk réalisera un mélange instable, une aile bourrine à mort jusqu'au boutiste, et une seconde beaucoup plus artiste et créatrice. Suffit de quelques gouttes de l'une ou de l'autre, en plus ou en moins, pour que l'explosif se transforme en pétard mouillé. Le punk se désagrègera vite.
Mais nous fera le coup du phénix. Qui renaît de ses cendres. Le punk rend l'âme mais ne meurt pas. De Kergariou se penche avec une précision d'entomologiste sur ces transformations. Le voici Oi ! and Skin, par chez nous d'extrême-droite et antifa, puis glisse à gauche, s'installe dans les squats alternatifs et festif, s'autonomise jusqu'à entretenir des liens avec Action Directe ( évite le sujet ), puis retombe sur une base anarchisante qui s'inscrit dans une tradition séculaire bien française... aux Etats-Unis le punk se durcit, se hérisse, hardcore sera son nom, se décline en de nombreuses saveurs parfois antagonistes, gothique, grunge, straight edge, métallique... Epouse des virages idéologique les plus surprenants, jusqu'à trouver des punks à chien vegans ! Contradictions apparentes ? Beaucoup avancent une thèse selon laquelle le mouvement punk proviendrait de la diaspora hippie. Sous une autre forme, par d'autres moyens pour parler comme Clausewitz. Tout de même ces maudits babas que les premiers punks abhorraient comme la lie de l'humanité ! Caroline ne s'aventure pas en la résolution de cette équation paradoxale.
Vous dissèque le punk amerloque, british et franchouillard de fond en comble, mais la voici insatiable, nous visitons l'Europe de l'Ouest avec elle, et hop en partance pour les pays de l'Est. Plus difficile d'être punk en républiques démocratiques qu'en démocratie libérale. Pas folichon tous les jours. La censure est partout. La police aussi. Le plus terrible c'est que les gouvernements n'aiment pas le punk. Les assimilent aux fachistes. La preuve, photos à l'appui, ils exhibent des croix gammées sur leur T-Shirt. La provocation, l'effet miroir, de l'autre côté du rideau de fer on ne s'embarrasse pas de ces subtilités. Ou vous vous soumettez, et vous adoptez un mode de vie correctement socialiste, ou vous êtes déclaré ennemi public. Pour les concerts, c'est simple, soit vous jouez la musique que l'on vous impose, soit ils sont interdits. En Allemagne de l'Est, on ne se se contente pas de ces arguments massue, l'on en possède un autre bien plus subversif, on vous infiltre, réfléchissez votre chanteur n'est peut-être qu'un agent de sécurité civique qui régulièrement rédige ses rapports sur ses musiciens et les fans du groupe...
Un peu décevant quand on compare les vassaux au grand-frère. En Russie, pardon en Union Soviétique, c'est mieux. La démesure slave. Pas question de vous cacher dans un coin de l'immense territoire. Même au fin fond de la Sibérie, vous restez dans le collimateur. La police vous convoque, prend soin de vous, s'apitoie sur votre santé morale, vous organise un petit séjour gratuit à l'asile psychiatrique. Rien que pour vous changez les idées. M'étendrai pas sur le cas des Pussy Riot, vous le connaissez. Celui d'Ego Letov exige le détour. Un pionnier du punk en son pays et presque un prophète, réussira à enregistrer cinq cents ( ! ) albums dans sa baignoire – magnifique chambre d'écho – les flics sempiternellement au cul, menacé, interné, en fuite, un activiste, un indomptable... Durant un certain temps il rejoindra Limonov, écrivain, exilé, figure mythique et politique de la contre-culture russe. Vous refile un extrait d'un de mes textes consacré à cette haute figure controversée : « … De retour en Russie, Limonov créa son parti politique : national-bolchévique. L'alliance des contraires. Fascisme et communisme dans sa forme originelle la plus révolutionnaire, dans le même verre. Fascisme parce qu'il fallait un pouvoir fort pour redresser le pays, bolchévique parce qu'il fallait redonner aux masses laborieuses la possibilité d'une vie décente ce qui nécessitait le ré-accaparement des richesses au bénéfice des plus pauvres. Politiquement ce fut un échec. Culturellement ce fut une réussite éclatante. Le parti eut jusqu'à dix mille membres. Pas grand-chose. Peu de moscovites. Beaucoup de jeunes provinciaux qui trouvèrent une échappatoire à leur terne quotidien. En exagérant à peine, l'on peut dire que ce fut le regroupement des punks à chiens les plus créatifs de toute la Russie. Le bunker local du parti devint le lieu culturel par excellence de la capitale. Underground artistique à tout va, lors des soirées le corset moral de la société russe fut systématiquement détruit à coups de parties d'avant-garde arty et de groupes de rock. Pensez à la Factory d'Andy Warhol pour trouver un équivalent. Un lieu de vie irremplaçable, les militants vivaient sur place et avaient l'impression de participer à l'émergence d'un monde nouveau.
Gramsci théorisait qu'il fallait d'abord s'emparer de la sphère culturelle pour parvenir au pouvoir. La deuxième partie de la prédiction ne se réalisa pas. En fin de compte, ce fut Poutine qui se retrouva à la tête du pays... Limonov se rendit compte que son mouvement piétinait. Entreprit sa longue marche, avec une poignée de militants, il tenta un soulèvement des républiques Extrême-Orientale. Fiasco total. Se retrouva en prison. En fut libéré au bout de deux ans car sa figure était devenue extrêmement populaire... »
Le punk dans tous ses états métapolitiques, des enjeux beaucoup plus sérieux que la séparation des Sex Pistols quand on y songe... Cette histoire du punk s'avère passionnante. Caroline de Kergariou ne se contente pas de raconter. Même si au passage elle vous ouvre des perspectives absentes de la plupart des documents spécialisés que vous avez pu consulter jusqu'à lors. Elle ne conte pas, elle analyse. Ne révèle une anecdote croustillante que si elle apporte un plus à sa réflexion. Essaie de mettre en relation des phénomènes qui s'interpénètrent beaucoup plus profondément qu'on ne veut l'accroire. Les soubresauts de l'économie capitaliste ne sont pas étrangers à l'apparition du punk. Le monde est en train de changer de face et le masque qu'il adopte est encore pire que le précédent. Le no future de Johnny Rotten se révèle prémonitoire... Par-delà les intuitions et les défaillances des individus qui ont participé à son déploiement, ce courant musical et puis culturel réussit, depuis quarante ans, à rendre compte des violences structurelles qui agissent sur les individus que nous sommes. Le punk s'avère être de par sa sensibilité aux abois le point focal de conscientisation réflexive vers lequel convergent toutes les contradictions de notre monde. En reflète et en traduit toutes les potentialités et toutes les impuissances. Nous ressemble trop pour que l'on ne s'y reconnaisse – à des degrés divers - point en lui. Félicitations, dear Caroline de Kergariou.


Damie Chad.

DJANGO
Film d'ETIENNE COMAR

 

Si vous pensiez trouver tout ce que vous n'avez jamais osé demander sur Django Reinhardt, c'est raté. Ce n'est pas un biopic. Vous ne suivez pas Django du berceau à la tombe. L'histoire du jazz en France, du Jazz-Hot, la carrière de notre guitariste chéri, tout ça est aux abonnés absents. En fait ce n'est pas un film sur Django. Mais oui il est là superbement interprété par Reda Katek ne paniquez pas, mais juste un épisode de sa vie, trois petites années, mais de celles qui comptent double, triple et quadruple. Un moment peu grandiose de l'histoire de France. Le pays sous la botte allemande. Un temps où il ne fallait pas trop la ramener. Surtout que les boches n'étaient pas commodes. En plus ils détestaient la musique de nègres. Pas assez aryenne. C'est que les noirs sont rarement blonds et n'ont guère les yeux bleus. En plus ils ont la mauvaise habitude de se contorsionner comme des chimpanzés dès qu'ils entendent le moindre rythme. Une race inférieure, trop près du primate pour avoir droit de cité chez les nazis. Pas de chance pour Django, l'était un musicien de jazz et de blues. Mais lui, on lui pardonnait. D'abord il n'était pas noir, ensuite un grand artiste, joue tellement bien que le peuple germain désire l'entendre. L'en est flatté le Django, n'aime pas spécialement Hitler, mais les cachets proposés sont plus qu'alléchants... Préfèrerait rester pénardos à Paris, mais les Allemands insistent lourdement.
Cherchez l'erreur. Faudra un bout de temps à Django pour la trouver, les mésaventures de ses proches l'aiguillent peu à peu vers le vers caché dans le fruit de la tentation. Certes Django n'est pas un nègre, mais dans l'échelle établie dans Mein Kampf, les tziganes ne valent guère mieux. Comprend petit à petit le rôle que l'on veut lui faire jouer, le bois de sa guitare sera l'arbre qui cache la forêt de la déportation de son peuple. C'est fou comme un air de swing peut vous masquer la fumée et l'odeur des crématoires...
Prend la bonne décision, le passage en Suisse, plus difficile à réaliser que prévu. La Résistance a d'autres chats à fouetter que la survie d'un guitariste qui n'a pas fait le choix de la lutte armée... Trouve refuge avec sa femme enceinte et sa mère dans un campement tzigane, la situation se tend car la Gestapo sait qu'il est là... Vous savez qu'il s'en sortira car il mourut en 1953. Pour les tsiganes qui l'ont recueilli, à part les jeunes qui s'engagent dans le maquis, leur sort sera funeste... Un beau film, avec quatre très beaux moments musicaux, qui ne respecte pas la réalité historique, mais qui reste émouvant.
N'y allez pas pour y verser une petite larme de crocodile si la chasse organisée par une police particulièrement haineuse et nos gouvernements successifs dont sont victimes les roms de nos jours vous laisse de marbre. Soyez cohérents avec vous-mêmes.


Damie Chad.

 

07/06/2017

KR'TNT ! ¤ 332 : ERVIN TRAVIS NEWS / MAKE-UP / KIM SALMON / DEJA MU / BILL CRANE / IAN DURY / JEAN-PIERRE ESPIL / JAMES BALDWIN

KR'TNT !

KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

LIVRAISON 332

A ROCKLIT PRODUCTION

LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

08 / 06 / 2017

 

ERVIN TRAVIS NEWS / MAKE-UP / KIM SALMON

DEJA MU / BILL CRANE / IAN DURY /

JEAN-PIERRE ESPIL / JAMES BALDWIN

 

ERVIN TRAVIS NEWS

Longtemps que nous n'avons donné de nouvelles d'Ervin Travis. Pour une unique et simple raison : elles ne sont pas bonnes. La maladie – cette saloperie de Lyme - suit son cours. Ervin a tout essayé, traitements divers, clinique spécialisée en Allemagne, docteurs en tous genres.

C'est une vidéo sur You Tube. Qui excède à peine une minute. Réalisée par Ervin. Un Ervin fatigué qui annonce, qu'à bout de patience, il prend la décision de se soigner tout seul, par lui-même, puisque toutes les formes de médecines n'ont réussi à éradiquer les méfaits de la sale bestiole.

La voix éteinte, la mémoire défaillante, Ervin parle et promet de nous refaire signe ...to be continued... comme il dit... deux ans que la maladie est devenue insupportable... mais l'homme se bat et malgré une énorme lassitude fait toujours front...

De tout coeur avec toi, Ervin.

Keep Rockin' Till Next Time !

TEXTES + PHOTOS SUR :

  http://chroniquesdepourpre.hautetfort.com/

Make up your mind

Faut-il qualifier Ian Svenonius d’activiste ? Oui, et pas seulement pour son plan de destruction de l’Amérique en treize points qui date du temps de Nation Of Ulysses, mais surtout pour son rôle de propagateur du gospel yé-yé au sein des Make-Up, groupe artefact d’action directe capable de taquiner le tabernacle et de magnifier le manifeste. Ce gang fit de sérieux ravages dans les rangs des années quatre-vingt dix, au siècle dernier. Bonnot Svenonius et sa bande écumaient les scènes à bord d’un tacot fou et canardaient de quinconce, sans aucune pitié pour les connards boiteux. En réalité, le Raymond la Science de Bonnot Svenonius était une grooveuse sirupeuse, Michelle Mae. Tout l’art make-upien reposait sur l’excellence de son bassmatic famous-flammy. À l’arrière du tacot fou se trouvaient deux autres graines de violence, Steve Gamboa, un bat-le-beurre d’origine vaguement orientale, et un certain James Canty trouvé dans une cantine.
Après des années de silence, Ian Svenonius et ses activistes rejaillissent dans l’actualité de façon tout à fait inespérée. Les voilà à l’affiche du Cabaret Sauvage, l’endroit le plus rococo de Paris. Ian prend un petit bain de foule avant de rejoindre son gang sur scène. Ils portent tous les quatre des costumes en lamé or. Un nouveau batteur a remplacé Steve Gamboa. Dès les premières mesures, Ian et son gang mettent le cabaret à feu et à sang. Ils réveillent les démons de cette vieille soul blanche qui les rendait uniques. Le feu sacré est intact, Ian jerke sur scène comme à l’âge d’or. Michelle Mae pulse paisiblement son groove de funk et nous voilà plongés dans un spectacle digne des grandes Revues américaines d’antan. Ian fait le show, il james-brownise le funk blanc, il shake ses shooks avec des bonds blackés d’or en double ciseaux, il performe son show et chitline l’entertainment avec un mépris total des lois de la gravité. Tu veux voir le Christ marcher sur l’eau ? Vas voir les Make-Up et tu verras Jesus Svenonius marcher sur une mer de mains tout en prêchant le gospel yé-yé. Il traverse plusieurs fois la salle sur la mer de mains, et des centaines de gens font des photos. C’est tout ce qu’il reste à faire : des photos. Pourquoi faire ? Pour faire des photos. Mais à quoi ça sert de faire des photos ? Mais à faire des photos, c’est déjà pas mal. Que te faut-il de plus ? Alors ça smarphotte de partout. Ian Svenonius marche sur une mer de smartphones. Des fois qu’on manquerait de preuves. Oui, il a marché sur une mer de smartphones. Le monde entier doit le savoir. Le monde entier doit le voir. Des milliers de smartphones photographient la mer de smartphones. On se croirait dans Fantasia chez les ploucs. Pendant ce temps, les trois autres Make-Up tiennent bien le beat en laisse. Pas question de le laisser partie à vau-l’eau, au hasard des courants. Ramené sur scène par une sorte de ressac, Ian reprend son infernale partie de Saint-Guy. Ouh ! Il jerke pour dix, ouh ! Il shake comme un beau diable, il rallume l’antique brasier des Make-Up ! La foule ovationne ce piccolo diabolo sorti d’une Pandora box de beat doré, ce Mister Pan Dynamite de deepy DC, Ian fait le show et réinstalle les Make-Up au sommet d’un Olympe de la modernité. On les savait invincibles depuis vingt ans. C’est toujours une bonne chose que de voir une vérité jaillir du buisson ardent.
Oui, car ce qui a toujours distingué les Make-Up du troupeau bêlant des groupes garage, c’est précisément la modernité. Ils n’ont pas enregistré beaucoup d’albums, mais chacun d’eux frappe par la vitalité de son parti-pris. Un portrait de grooveuse sirupeuse orne la pochette du premier opus cubitus du gang, Destination Love, paru en 1996. Et si par malheur on retourne la pochette, on sera frappé de plein fouet par une photo de la bande à Bonnot Svenonius au grand complet. Les voilà parés de coiffures arrogantes, de chemises en soie et de cravates du plus beau noir. Black on black, baby. Sur ce disque, ils se livrent à l’exercice périlleux du jerk de funk garage gratté sec et chanté avec la pire aménité qui se puisse concevoir ici bas. C’est en tous les cas ce qu’inspire un «Here Comes The Judge» qui ne doit rien à Shorty Long. Avec «They Live By Night», ils ne font qu’une bouchée du garage. Ils grattent ça aux accords de Gloria, baby low, avec une jolie frénésie. Bonnot Svenonius chante le plus souvent à l’orfraie d’eunuque volage. Il ne respecte aucune loi, il ne revendique ni dieu ni maître, sauf peut-être James Brown. Le groupe joue sans aucune concession, et se veut affreusement dépositaire de limon. Avec «We Can’t Be Satisfied», Bonnot Svenonius devient une sorte de screamer hors d’âge. Il tâte encore le pouls du garage d’anticipation avec «How Pretty Can U Get» et amène «International Airport» à l’hypno tendancieuse. Mais le hit de cet album insoumis se cache en fin de B : back to the gospel yé-yé avec «So Chocolately/Destination Love». Eh oui, Bonnot Svenonius transforme le moindre balladif en torrent d’effluves, en geyser d’effusions cognitives, en rupture d’anévrisme, en vertigineuse noyade de chars de combat dans la Mer Rouge.
Ils passent au live dès le deuxième album, After Dark, enregistré à Londres au Fine China. Heureuse initiative ! On retrouve en effet la dynamique du gang sur scène. Dès l’intro, Bonnot Svenonius hennit comme un étalon sauvage et il enchaîne avec «Can I Hear U Say Yeah» qu’il screame jusqu’à l’os du genou. Si on aime le raw, on est servi. S’ensuit un «Blue Is Beautiful» exacerbé et irrité jusqu’au sang. La bande à Bonnot Svenonius nous plonge dans une fantastique ambiance d’exaction maximaliste. Il va chercher l’At the tone à la glotte sanguinolente et hurle à la hargne blanche. Le «Gospel 2000» qui ouvre le bal de la B permet de souffler un peu, même si Bonnot Svenonius glapit plus que de raison. Sur ce disque, tout reste incroyablement rampant. Il reviennent jerker le garage funk avec un «RUA Believer» solidement syncopé. Ils ont un autre album live, le fameux Untouchable Sound paru beaucoup plus tard, en 2006, enregistré au Black Cat Club de Washington DC en l’an 2000. On y retrouve l’énorme «Save Yourself», que la grooveuse sirupeuse joue sous le boisseau, un cut très africain dans l’esprit et enrichi des chœurs d’une Ophélie allongée au fond du ruisseau. Bonnot Svenonius s’y distingue en hurlant comme Iggy. Il règne dans la musique des Make-Up quelque chose qui relève de l’ordre de la grande solidité. On trouve aussi sur cet album une belle version de «They Live By Night» montée sur un groove hypno et troué de part en part par un killer solo de James Canty. Si on aime le joli groove de basse, on se régalera du «The Bells» niché en B. James Canty revient faire une trouée sauvage dans ce pauvre groove. Il s’y adonne à son jeu favori : le solo de libre-cours sans foi ni loi. Bonnot Svenonius nous chante «Born On The Floor» comme un prophète, comme un vrai harangueur de foules, un mystique du désert de Gobi. On sent le possédé. Et puis tout bascule dans l’Orange mécanique avec «C’mon Let’s Spawn», car le solo qu’on y entend est celui d’un droog.
On trouve un peu de tout, sur Sound Verite. Du funk et du dub. Oui, «Don’t Tell It Like It Is» sent bon le bon dub, car c’est amené au beat narcotic, de façon inquiétante, sous le boisseau. Et le funk ? Il se niche en B dans l’impérieux «Hot Coals». Bonnot Svenonius y fait son James Brown et il a raison, car il en a largement les moyens. Oh on trouve d’autres petites merveilles sur l’album rouge, comme par exemple «If They Come In The Morning» que Bonnot Svenonius chante au timbre éteint. Le gang s’installe dans le groove insidieux, celui qui cache bien ses intentions. Peu de gens chantent aussi bien à l’agonie. On reste dans la même ambiance hitchcockienne avec «Make Up Is Lies», car notre profanateur préféré y crée les conditions de la psychose yé-yé. Et le «Gold Record Pt1» qu’on trouve en B s’enfonce dans l’ombre d’une belle menace urbaine, bien louvoyé au petit groove funky. Sur cet album, tout reste d’un niveau égal, sans crises ni montées brutales de fièvre.
S’il faut emmener un album des Make-Up sur l’île déserte, c’est peut-être In Mass Mind. Oui, car quel album ! Si on en dresse l’inventaire, on y trouve un coup de génie, une énormité, un classique de r’n’b, un froti d’antho à Toto et deux modèles de scream. Le coup de génie se niche au bout de la B : «Black Wire Pt 2». Dans le genre coup de génie, il est difficile de faire mieux. Si on apprécie les énormités, alors il faut se jeter sur «Joy Of Sound», véritable hit de Soul insistante, solide comme une dague en acier de Damas. Le froti de rêve s’appelle «Caught Up In The Rapture». Voilà un slowah d’une rare intensité et screamé avec une science innée de l’amour physique, sous un satin de nappes d’orgue chaudes. L’amateur de scream se régalera de «Live In The Rhythm Live», une horreur juvénile montée sur un gros groove bien gras. Bonnot Svenonius y screame comme le démon qu’affronte l’Exorciste. Franchement, il est avec James Brown le plus puissant screamer d’Amérique. Il récidive avec «Do You Like Gospel Music», screamé à la vie à la mort avec du pur Get down on your knees/ Please do you like it/ Do you like what we do - Quant au fan de r’n’b, il se goinfrera de «Drop The Needle», car vraiment, dans le genre hot Soul de cold rice, on ne trouve pas mieux, sauf peut-être chez James Brown. Voilà un album qu’il faut bien qualifier d’infernal.
On trouve deux véritables coups de génie sur Save Yourself paru en 1999, à commencer par le morceau titre, monté sur un riff de bassmatic oh yeah et chanté à la coulée de boue de Soul. Ce mec est vraiment très fort. Les chœurs interfèrent de façon brûlante. Quel extraordinaire panier de crabes ! Quelle volupté ! Quelle finesse diabolique ! Ian mène son bal au groove insidieux, à coups de halètements et de relances infernales. Voilà ce qu’il est convenu d’appeler une merveille d’intelligence svenonienne. L’autre coup de génie de cet album est la reprise d’«Hey Joe». S’il est bien un cut intouchable, c’est celui-ci. Qui oserait reprendre ce chef-d’œuvre hendrixien, à part Ian Svenonius et Michelle Mae ? Elle l’attaque au chant et Ian la rejoint avec une voix d’archevêque au bord de l’orgasme. Ils duettent comme pas deux - I’m gonna go to Mexico - et Ian chauffe cette fabuleuse version à blanc. Mais attention, ce n’est pas fini, car «C’mon Let’s Spawn» reprend le mythe du catfish. Oui Ian veut être un big fish in a small pond, pure métaphore sexuelle, et il s’y prend de manière totalement spectaculaire - C’mon babah ! - C’est relancé aux solos d’instrus indéfinissables, avec des cuivres en veux-tu en voilà. Ils inventent pour la circonstance le funk désespéré, et le coulent dans une véritable dégelée d’énergie carabinée. Avec «White Belts», il fait du groove de confrontation. Il l’explose même au scream de white trash. Puis, avec «The Prophet», il se livre à un petit exercice de speed talkin’ un peu énervé. Il tente parfois de créer des ambiances spectaculaires, comme dans «I Am The Pentagon», mais ça ne marche pas à tous les coups. Son Pentagon est un peu cousu de fil blanc. Par contre, il est capable d’horreurs de garage exacerbé du type «(Make Me A) Feelin’ Man». Ici, l’implacable Svenonius en veut au monde entier. Cette belle énormité roule sur un drive de basse terrible. Si l’on cherche une illustration musicale de la puissance nucléaire, c’est là.
Le dernier album en date des Make-Up est une compile intitulée I Want Some. Voilà encore un disque indispensable, car d’une densité assez rare : quatre faces bourrées à craquer de garage d’anticipation insidieux du type «Blue Is Beautiful» et «Type-U-Blood», chantés à la petite hurlette concomitante et subtilement nappés d’orgue. On retrouve aussi l’excellent «RUA Believer» chanté à la glotte allumée. Tiens, voilà un cut mythique, le fameux «Free Arthur Lee», joué au beat de gospel yé-yé, même ampleur cabalistique que l’«Out Demons Out» d’Edgar Broughton. Le gang invente un genre avec «Untouchable Sound» : le modern savaged raunch of soul garage. Franchement, Bonnot Svenonius vaut tous les grands screamers blacks. Il refait son James Brown avec «Substance Abuse» - Get on the right track - Il connaît toutes les ficelles du black power. Et il termine sa B avec un extraordinaire «Have You Heard The Tapes», insidieux au possible, hanté par les chœurs de Michelle Mae. Si ce n’est pas un hit, alors qu’est-ce que c’est ? Le morceau titre se trouve en C et c’est le meilleur groove de funk blanc qui se puisse imaginer ici bas. Michelle tricote son groove au coin du feu alors que Ian l’implore - I want some/ Gimme some - Encore un hit avec «The Choice», balladif d’une fantastique ampleur mélodique - You put my head through the water - On se régalera aussi du jeu de Steve Gamboa dans «Born On The Floor», oui, c’est un excellent drum-beat de gros et de détail. Les Make-Up avancent invaincus dans leur monde ténébreux. En D, on trouve encore de quoi dérouter des cargos, avec ce vieil «Hey Orpheus» monté sur l’un de ces grooves de petite harangue autorisés à paraître à la cour. Encore plus déroutant, ce «Grey Motorcycle» poppy et baroque que Bonnot Svenonius s’en va chanter là-bas, dans le rougeoiement du crépuscule des dieux. Oh mais ce n’est pas fini car voilà une autre merveille digne du cabinet de curiosités d’Honoré d’Urfé : «Every Baby Cries The Same», battu sévèrement jungle, nappé d’or fin à l’orgue et rehaussé d’une délicate couche de démesure imprévisible. Steve Gamboa y bat le beat de drums & fifes du «Fast Line Rider» de Johnny Winter. Voilà un objet sonique stupéfiant. Bonnot Svenonius termine ce festin avec un «Little Black Book» chanté au chuchotis intimiste. Il crée ainsi les conditions du bien-être parental et dépose son cut dans l’écrin rouge du bonheur familial.


Signé : Cazengler, démaquillé


Make-Up. Cabaret Sauvage. Paris XIXe. 31 mai 2017
Make-Up. Destination Love. Live At Cold Rice. Dischord Records 1996
Make-Up. After Dark. Dischord Records 1997
Make-Up. Sound Verite. K 1996
Make-Up. In Mass Mind. Dischord Records 1998
Make-Up. Save Yourself. K 1999
Make-Up. Untouchable Sound. Sea Note 2006

 

Kim est Salmon bon - Part 2

 

Oh bien sûr, le Kim Salmon d’aujourd’hui n’a physiquement plus grand chose à voir avec le Kim du temps des Beasts. Disons qu’il a pris un petit coup de vieux, comme tout le monde. Mais sur scène, il en va autrement. Le spectacle qu’il offre sur scène relève de l’absolue perfection. Kim Salmon propose aujourd’hui une sorte de Magical Mystery Set, une espèce de Mad Doggin’ sans Englishmen, un killer set of it all, oui, une sorte de Swamplanding on the moon, un back to the basics balls of God from down under, un hillfest over yonder, un Solid Gold Hell d’une heure trente, un jive surrealistic d’ombilic scientific, un Script d’essence divine, une prestation de cador et d’argent, un fabuleux bouquet de glam et d’année érotique. Il n’est pas nécessaire d’être un vieux fan des Scientists pour apprécier un tel set. En 1978, Kim Salmon s’imposait déjà par sa modernité, au sein des Scientists. Quarante ans plus tard, il s’impose avec la même modernité, avec le même sens aigu du hit underground. Alors, bien sûr, on glosera éternellement sur les vertus du hit underground, qui contrairement au hit mainstream, a la décence de ne pas vendre son cul. Mais en même temps, c’est en vendant son cul qu’on achète des Rolls et des maisons à la campagne. Le débat est ancien, il remonte à l’antiquité, un temps où les poètes grecs underground crevaient de faim dans les bas fonds pendant que les courtisans, les Stong de l’époque, s’empiffraient aux banquets qu’organisaient les princes de la cité. Le destin du poète underground reste cruel. Kim Salmon joue dans des bars et attire une quarantaine de personnes, qui heureusement pour la plupart sont des fans et de vrais admirateurs, ce qui est un avantage, si on raisonne en termes de cohérence. Il est aussi vrai qu’on vit un temps où la problématique des légendes ne veut plus dire grand chose. Que reste-t-il des parfums d’orient lorsqu’on ouvre les portes aux quatre vents ? Que peut vouloir dire le mot légende dans le néant tourbillonnaire contemporain ? La gratuité noie les poissons dans l’eau, on se demande même si les artistes vont encore avoir du sens d’ici quelques années. Quelle résonance peut avoir un hit comme «Swampland» aujourd’hui ? Sur scène, Kim Salmon le chante toujours avec intensité, les yeux fermés, il part à la découverte d’un monde qu’il nous offre en partage. Tout sonne incroyablement juste chez lui. On s’étonne même de voir un vieux coucou comme «Frantic Romantic» vieillir aussi bien. Ses chansons tiennent d’autant plus la route qu’il a fait le choix d’une extrême sobriété en termes de backing band : sa section rythmique basse batterie est un modèle de discrétion. C’est justement le contraste qui existe entre la qualité des chansons et la sobriété de la formule qui rend ce set tellement fascinant. Il semble qu’un exercice aussi périlleux soit réservé aux très grands artistes.
Il enchaîne ses hits comme des perles. Il a de quoi se fournir, car sa discographie ne compte pas moins de 27 albums, si on compte les Scientists, les Beasts, les albums solo avec les Surrealists, avec Spencer P. Jones ou Ron Peno, et Precious Jules. Il tape dans son dernier album My Sctipt pour balancer ce monster gorgé de fuzz glam qu’est «Already Turned Out Burned Out» et qui tourne vite à l’élévation mystico-sonique. Il en tire aussi l’effarant «Gorgeous And Messed Up», l’un des ces cuts qui redonnent un peu d’espoir aux gueules cassées rentrées du front. Il en sort aussi l’implacable «Destination Heartbreak». Les choses deviennent vite compliquées avec un mec comme Kim, car tout chez lui est implacable. Pas facile de faire des choix, avec un coco comme Kim. Il joue toujours l’infernal «Cool Fire» qui date du temps des Beasts, du temps où il ne s’appelait pas Jacky et qu’il ne chantait pas la chanson morose. Alors bien sûr, on n’échappe ni à «We Had Love» ni à l’imputrescible «You Only Live Twice» qui referme la marche. Côté reprises, Kim n’est pas chien : un coup de «Je T’aime Moi Non Plus» pour commencer et, pendant le rappel, un coup de «Chinese Rox», pour que les choses soient bien claires.
Deux incidents rigolos ont bien pimenté la soirée : Kim n’avait pas de son au micro pour chanter son hommage à Gainsbarre. Une panne. Il dut quitter la scène pour attendre la réparation. Comme on se trouvait au Havre, tout s’est bien passé. Et puis en fin de set, un horrible connard lui a piqué sa set-list. Kim semblait drôlement embêté : «Somebody stole the set-list...» L’horrible connard dut la restituer. Il restait en effet une dizaine de cuts pour le rappel. Mais comme on était au Havre, les choses n’allaient pas en rester là : on vit un peu plus tard l’horrible connard se diriger à petits pas vers la petite table où Kim signait ses disques. Oh, il n’avait pas grand chose à proposer, son dernier album, My Script et E(a)rnest, miraculeusement réédité par Beast, le petit label de Rennes. Eh bien, Kim fit un sacré cadeau à l’horrible connard. En se penchant par dessus son épaule, on vit ce qu’il écrivait sur la pochette blanche d’E(a)rnest : «To my favorite set-list thief», ce qui est tout de même exceptionnel, de la part d’un homme qui sort de scène vidé comme un lapin.
Bon bref, nous avons constitué une petite équipe autour d’une amie qui vivait vers la plage. Alors après sifflé l’habituelle ribambelle de verres de pinard dans ce bar béni des dieux, nous décidâmes de ne pas reprendre la route pour rentrer à Rouen. Nous cherchâmes donc un arabe encore ouvert pour s’y fournir en litrons et allâmes attendre le lever du jour dans le fameux appartement qui donnait sur la mer, effectivement, mais de quinconce. Afin d’observer cet obsessionnel souci de cohérence, la soirée devait impérativement rester magique. Oh, elle le fut bien au delà des espérances, car figurez-vous qu’à un moment donné, il fallut sortir Jude, la petite chienne qui devait son nom aux Beatles, et donc, au cœur de la nuit, sur la plage déserte du Havre, sa maîtresse, ivre de liberté et de vin mauvais, entonna à pleins poumons le premier couplet d’«Hey Jude». Ce fut l’un de ces moments loufoques et complètement inespérés qui font la grandeur de la vie sauvage.


Signé : Cazengler, Kim Kon


Kim Salmon. L’Escale. Le Havre (76). 2 juin 2017

Kim Salmon ( Part 1 ) on KR'TNT ! 314 du 02 / 02 / 2017

 

BAM / MALAKOFF / 03 – 06 – 2017


DEJA MU / BILL CRANE

Faut une première à tout. Jamais mis les pieds à Malakoff. A la sortie du métro l'on se croirait en plein milieu d'une ville de province, rues étroites se coupant à angles droits. M'attendais à un bâtiment important mais non, contrairement à ce que je croyais la BAM n'est pas la bibliothèque municipale d'une cité qui dépasse les trente mille habitants, mais un modeste local situé en contrebas du cul-de-sac d'une étroite allée. BAM, Bibliothèque Associative de Malakoff, pas de faute d'orthographe s'il vous plaît, vous me ferez le plaisir d'inscrire le A majuscule dans un cercle sur un fond noir.
C'est rempli de livres et de gens sympathiques. A vue de nez et à flair suraigu de rocker, doit pas y en avoir beaucoup qui ont voté pour les délices de la société libérale capitaliste au joli mois de mai dernier, néanmoins beaucoup moins exaltant que celui du millésime 68. Buffet d'auberge espagnole ouvert à tous dans la petite pièce d'entrée, et puis la grande salle aux murs tapissés de livres. Ici Oui-Oui aurait repeint sa célèbre voiture jaune en rouge et noir, je recopie sans vergogne selon le saint principe libertaire de réappropriation culturelle quelques bribes d'un extrait du tract de présentation : «  dans une optique anti-autoritaire... thématiques touchant aux luttes sociales d'émancipation à l'histoire des moments révolutionnaires et à la critique des mécanismes d'exploitation, d'oppression et de domination », voilà qui est clair comme de la poudre noire auraient écrit Laurent Tailhade et Octave Mirbeau... Avant de me coller à un rayon de bibliothèque pour assister au concert, je vérifie le contenu du rayonnage : Fonction de l'Orgasme ( un titre prémonitoire foutrement rock'n'roll vous en conviendrez ) de Wilhelm Reich et trois gros tomes à couverture noire ( tiens donc ) d'Elisée Reclus, notre géographe anarchiste possédait un nom qui ne correspondait guère à sa pensée, bon on n'est pas ici ce soir pour refaire le monde – quoique – contentons-nous de lui inoculer le virus pathogène du rock'n'roll. Pour reprendre une expression de leur tract présentatif, ce soir ce sera cocktail – Malakoff.

DEJA MU


Soyons précis la moitié de Déjà Mu. D'habitude sont deux, Ludovic Montet officie aux timbales mais ce soir nous n'aurons que Phillipe Bellet et sa guitare. Electrique. Importante précision. Car je qualifierais sa musique de folk urbain, mais l'on n'est loin d'un gratouilleux à guitare sèche et brouillonne. Une Hagström suédoise couleur de neige. De très loin les yeux fermés ça ressemble à une Gretsch et ça vous émet un son clair d'un tranchant exemplaire qui se prête à merveille au toucher subtil de Philippe Bellet tout en notes élancées et ruptures évaporantes. Chante en anglais, présente donc en quelques mots chaque morceau, chroniques de la vie ordinaire, comme la suite de ces trois titres, issus du premier CD, qui raconte l'attente d'une jeune damoiselle par un lonely guy, évidemment tout se passe dans la tête puisque la miss a dû trouver mieux ailleurs, et l'on a droit à trois tableaux des plus cruels, un triptyque doux-amer que l'on pourrait intituler dream, beers and disillusionment...
Une voix captivante, si vous ne comprenez pas vous suivez quand même, les inflexions suffisent, pas du tout nasillarde à la Dylan, au contraire très pure, mais celle d'un raconteur qui vous emporte avec lui dans les tribulations indociles du vécu moderne. Tient l'auditoire sous le charme. Du serpent qui vous fait les yeux doux avant de vous mordre. L'a beaucoup écouté les américains, s'est totalement approprié cette manière de décliner le vécu en mots simples porteurs d'une pertinence quasi-hallucinatoire propre à cette façon de témoigner de la réalité du vécu d'un individu qui par cette magie incantatoire inhérente aux racines du blues, de la country, et du folk – vous le transforme en type archétypal du comportement de tout un peuple historial et jusqu'à l'incarnation universelle de toute expérience humaine.
Nous n'aurons droit qu'à huit titres, huit moments d'extase sonore, une voix qui distribue humour et dérision, espoir et obstination, qui fore fort en vous, vous transperce, vous émeut sans trop exagérer car la vie est est un manège accaparatoire trop fascinant pour perdre son temps à pleurnicher et à s'apitoyer sur soi-même. Philippe Bellet possède cette qualité naturelle de rentrer de plain-pied dans l'intimité collective du public à qui il s'adresse, ne serait-ce que ces quelques mots, lorsqu'il s'accorde, qui ouvrent en toute simplicité une complicité qui n'a rien de racoleuse. Réussit durant une quarantaine de minutes à nous promener dans les grands espaces de notre exiguïté. Applaudissements chaleureux d'un public définitivement conquis.


Damie Chad.

THE WORK'S ALL DONE / DEJA MU
( Grandma's Records / 2016 )

THAT SONG IS GOOD / HUMAN BEINGS ARE LOSERS / HOLLY CHANCE / SWEETY DALE / UPSTREAM OF THE RIVER / GO UP NOW ! MILK SOUP / 115 TH DEJA MU'S DRUM / THE WORK'S ALL DONE / GLORIOUS

PHLIPPE BELLET : guitars + voices / LUDOVIC MONTET : drums + voices.

That song is good : intro à l'espagnole et la voix guillerette qui monte en épingle, ton de la plaisanterie, arrêts brusques, descentes de cordes, c'est fini. Non ça ne fait que commencer, des surimpressions de voix qui miaulent en chœur et c'est parti pour un grand orchestre de cordes qui éclatent en final, les timbales qui pédalent, la mer qui monte, tout qui s'affole et qui s'éteint après une espagnolade qui vire à la sonnerie de téléphone, et tout repart comme en quatorze pour s'achever, par devoir plus que par envie. Human beings are losers : message plus grave, mais pas dramatique, l'on monte vers le ciel et l'on avance sur une rythmique des plus heureuses. On ne va quand même pas pleurer sur cette amère constatation. On le savait depuis longtemps. Holly chance : joyeux bordel, le timbalier au fond qui imite les castagnettes, la guitare qui se fait entendre, elle est électrifiée ne l'oublions pas, la voix qui se superpose et bêle comme une brebis perdue tandis que le cordier pickinge à qui mieux-mieux. Encore une fois quand vous croyez que c'est terminé, ça s'échappe comme une portée de chatons qui s'enfuient de la corbeille maternelle afin explorer le vaste monde. Sweety dale : des entrecroisements à la Beach Boys qui surfent sur leurs propres vagues. Des cordes nostalgiques qui insistent pour qu'on les remarque, des raclements de cymbales, tout s'estompe. Upstream of the river : la batterie au premier plan, mais les cordes s'avancent et passent devant, un intermède de batterie jazz de trois secondes, la voix qui se précipite, les cymbales qui insistent, la rivière coule à gros flots, pluie de printemps, le débit s'accélère, eaux fuyantes et roulements d'épaves rythmiques emportées vers l'estuaire, rencontre des grosses vagues de la mer. Go up now : débute comme une chansonnette innocente, un rythme qui persifle, la voix qui joue à saute-moutons et la guitare qui couacque dans le bivouac des pâturages. Montée en gradation, l'on atteint les hauteurs démesurées des alpages. Pas d'affolement tout va bien. Et l'on repart tranquille en sifflotant. Vers le haut. Le paysage s'étend à l'infini. La descente sera précipitée. Milk soup : La voix devient humaine. Donne l'impression de jouer la sincérité. L'instrumentation se cristallise dans une urgence tant soit peu dramatique. On ne sait pas trop avec quelle sorte de lait est réalisé notre soupe. Tétines de vaches ou de chèvres ? Sein de femme ? Goûtez-y et donnez votre avis. 115 th Deja Mu's drum : lorsqu'il a joué en concert Philippe Bellet lui a donné une couleur beaucoup plus dylanienne. Mais ici une voix qui tinte agréablement, mange un peu les mots mais sans trop, juste pour suivre l'accélération nécessaire. Sereine confusion. La superposition des chœurs architecture un étrange ballet vocal pendant que le grand orchestre prend toute son ampleur. The work's all done : content de soi, le boulot est terminé. Voix espiègles, conjugaison de questions-réponses. Tout est bien qui finit bien. Pour les durs de la feuille on vous le répète à satiété. Le vocal connaît une extase des plus précises et tout s'accélère, à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Glorious : Cordes triomphales, les cloches sonnent, le jour de gloire est arrivé. Peut-être pas tout-à-fait comme on l'aurait souhaité mais tout cela finira par s'arranger. Puisque l'on vous le répète. La guitare nous régale d'un hachis parmentier des plus savoureux.

Différent de tout ce que l'on a l'habitude d'entendre. Original et scintillant. De la guitare en vrac, mais de qualité supérieure. Un interlude taquin dans la monotonie des jours. Masques et bergamasques du picking.

Damie Chad.

BILL CRANE ( I )


Pourraient nous chanter la traviata, jouer de l'accordéon, psalmodier la messe en latin, crier et se trémousser par terre comme des vers de terre, s'essayer au psaltérion, s'acharner sur un vibraphone, que l'on s'en foutrait. L'on en avait eu la prémonition avec Philippe Bellet mais là avec ces quatre noisy boys, l'intuition devient certitude, l'acoustique est d'une limpidité exceptionnelle. J'avais eu peur en entrant, carrelage et deux baies vitrées, difficile de trouver pire pour régler une sono. Plus besoin de courir au Sun Studio de Memphis, ou de ressusciter le Rolling Stone Mobile Studio, la Bam est amplement suffisante. Comme quoi suffit de remplir les murs de bouquins et d'un faux-plafond bas du caisson sur sa moitié de sa surface longitudinale pour obtenir une clarté sonore hallucinante. Sans effort, parfait dès le premier essai du sound check m'avouera tout sourire Eric Calassou.

BILL CRANE ( II )


Dans la Bill Crane party qui suit, donnez moi Pat le saxo qui n'y va pas mollo. Un sax dans un combo de rock'n'roll c'est un plus. Bien sûr qu'il y a sax et sax. Vous avez le fonctionnaire qui vous cocorite deux soli de trente secondes dans un set de vingt morceaux et qui se retire tout fier dans un coin du poulailler avec la sensation du devoir accompli de celui qui vient de sauver le monde de l'invasion des extra-terrestres, de temps en temps il laisse échapper un borborygme pour que l'on se souvienne de lui, et puis il y a ceux qui comme Pat mettent la main à la pâte, qui sont de véritables spagyristes de la modulation, qui ne cessent une seconde de barrir comme un éléphant en colère, qui vous entonnent le buccin des légions romaines à tout bout de champ, qui vous altèrent les artères de ces chorus longs comme des goûter d'enfant au pain sec et à l'eau, mais aussi goûteux que les sandwichs presleysiens au beurre de cacahuète, qui vous ont toujours un carreau d'arbalète à vous envoyer en pleine poire, le gamin hyperactif à qui ses parents ont oublié de refiler son demi-litre de théralène nécessaire pour avoir la chance de respirer un petit quart d'heure. Merci, maintenant passez-moi s'il vous plaît Gwen le bassiste. Un perfide. Ne bouge pas d'une oreille. Le mec tranquille qui agit en douce. Un redoutable. On ne l'a entendu que quatre fois de toute la soirée, les soixante secondes durant lesquelles pour des raisons qui n'appartiennent qu'à lui il s'est arrêté de jouer. C'est alors qu'on s'est aperçu de son importance, un peu comme si vous enleviez les chutes au Niagara ou si vous supprimiez la Tour Eiffel sur le Champ de Mars, le paysage se désagrège d'un seul coup, perd tout son intérêt, la forêt recule et le désert avance. Maintenant vous me ferez plaisir de me céder Bobo, le gars du fond qui ne se cache pas derrière sa batterie, la domine de toute sa stature, increvable, vous bat le beurre au lait de baleine, pas le genre de gus à en faire un fromage parce qu'il vous fabrique des tommes de gruyères sans trou, imparables, aussi denses que du granit, l'omniprésence incarnée, vous balance un swing aussi épais qu'un cargo qui dégaze ses soutes à pétrole en pleine mer un jour de tempête, l'a décidé de polluer la houle rythmique jusqu'à l'autre bout de l'océan et il s'acquitte de sa tâche avec une facilité déconcertante, vous jette d'abord les femmes et les enfants à l'eau à mille kilomètres des côtes mais qui bon prince leur lance un gilet de sauvetage pour leur apprendre à surnager. Bon ne me reste plus que Billy le guitariste, le fil-de-ferriste de la six cordes, le funambule sans balancier qui vous balance mordicus des riffs aussi tordus que les éclairs de Jupiter, se promène en déséquilibre sur les nuages de grêle, vous assène sur le sommet du crâne des grésils de chant haché à vous trouer la peau, à vous tatouer de votre propre sang.
Bon ça y est, j'ai mes quatre flibustiers. Ne reste plus qu'à voir comment ils vont faire évoluer leur brick de pirates des sept mers. Méfiez-vous de leurs ruses mortelles. A première oreille, toute voile dehors sur le parallèle sixty, guitare claire, sax white rock sorti du garage, basse fredonnante, et drums qui marquent la cadence comme au défilé du quatorze juillet. C'est beau, c'est bon, c'est propre, comme la carrosserie de votre bagnole que votre éponge fignole tous les dimanche matins. Profitez-en, ça ne dure que les deux premiers titres, Black Cat Town et un Maybe Baby hollydien en diable. Dès Lover Man, vous sentez le coup foireux. Ne faites jamais confiance à un homme amoureux. Être égaré, qui ne possède plus toute sa raison, qui randonne dans les sentiers de la perdition. Méfiez-vous, c'est un combo retors, agissent en traître, vous refont le coup de l'oncle d'Hamlet qui empoisonne son frère en lui inoculant une dose mortelle de cigüe. Dans l'oreille. Agissent de même, ne sont pas aussi cruels que Shakespeare puisqu'ils ne vous tuent pas définitivement, choisissent la méthode douce, celle que l'on appelle la folie euphorique, qui s'empare de l'auditoire et lui fait perdre toute retenue. Voici le temple auguste du savoir dévoyé, finies les saines lectures, l'espace n'est pas immense mais la demi-centaine de personnes qui l'encombre, commence à jerker doucement avant de se lancer dans une bacchanale des plus remuantes.
Difficile d'identifier la mixture. Indubitablement du rock, mais point de véritables substances ajoutées, faudrait parler de ce que les alchimistes nommaient esprits, ou pour rester dans des comparaisons davantage dionysiaques, de ces subtiles vapeurs qui définissent le bouquet des saveurs d'un Bourgogne royal. Je tente l'impossible : du Shadows marvinien totalement implosé par un zeste d'esprit punk, une espèce de naufrage, un sabotage sans fin de l'idée platonicienne du rock'n'roll. Le Bill Crane combo est adonné à un rock pervers. Une paroi brillante qui vous invite à une prompte escalade, mais dès que vous y posez la main dessus, tout s'effrite, inutile de fuir, c'est trop tard, vous sombrez de faille en faille, vous vous perdez en d'étranges crevasses sonores, autour de Billy les trois matelots vous déferlent les voiles avec une parfaite célérité, et voici que le Capitaine vous entraîne le navire au plus près des récifs. Les matafs souquent dur pour maintenir l'allure et le pacha vous périclite un infini solo de guitare qui vous enflamme le cortex, vous joue le chant des sirènes à lui tout seul, vous entraîne au fond de l'abîme sans rémission. Et vous aimez ça, aussi joyeux que l'équipage de L'île au Trésor subjugué par les troubles manipulations de Long John Silver, l'unijambiste fascinateur.
Bill Crane, c'est de la subtilité opératoire, une efficacité aléatoire qui ne rate jamais son but, une formation qui déforme le rock'n'roll pour mieux le redresser, lui infliger un angle sinusoïdal de courbure inusitée. Nous ont refilé un set exemplaire, une fête de l'esprit, et de l'intelligence. Des morceaux qui vous cisaillent, Travelin' Man... Doo, Doo, Doo... SM Dream,.. No More Sorrow... j'en passe et des meilleurs. L'on ne peut même pas parler de rappel, plutôt une nécessité extrême de continuer, car ce serait un crime de mettre fin à cette sarabande, des musiciens chauds comme des braises et des spectateurs agités comme les flammes de l'incendie. Une heure et demie de liesse énergétique et de dérive tangentielle au plus haut degré.
Vous me direz que lorsque vous avez pris la précaution de confisquer les quatre as dans votre revers de manche, vous partez gagnant !


Damie Chad.


GOD DAMNED TROUBLE / BILL CRANE

NO MORE SORROW / GET IT / VOODOO / ROCKABILLYSONG / I WALK ALONE / BLACK CAT TOWN / NIPA / I'M SO / DOODOODOO / BLUES / DON'T COME BACK / UNDEAD

BILL CRANE : chant, guitare, textes, musiques, arrangements / CAT CRANE : basse arrangements, conception graphique / FRED CRANE : batterie, arrangements / 2014.

No more sorrow : rondeur des graves, plus de chagrin s'il vous plaît, la situation est trop grave pour avoir le temps de se lamenter, la voix chevrote comme celle de Johnny le Pourri, et la guitare tintamarrise le cauchemar ambulant. Get it : la voix agonise, l'on sent que l'on va prendre plein la gueule pour pas un rond, la prophétie ne tarde pas à s'accomplir, bien, très bien tout est parfait dans ce monde de brutes, la batterie rampe et la guitare tinte comme la sonnette d'alarme du train qui roule hors des rails. L'on se dirige pourtant sûrement vers quelque part. Pas d'affolement le pire est toujours certain. Voodoo : l'instrumentation s'amplifie et la voix rampe comme un serpent. Les cloches de l'agonie résonnent de plus en plus dur, cela vous refile un tonus d'enfer. A périr autant que ce soit en beauté, la guitare flageole sur ses guibolles avant de retrouver du ressort. Rockabillysong : rockabilly si vous voulez, plutôt une valse de cirque appalachien que le speaker annonce de sa voix grave, les grizzlys dansent en rond et le cow-boy de service joue du lasso de sa voix, un vrai foutoir hillbilly de derrière les fagots électriques. Le diable de la Bible mène le convoi de l'enfer. I walk alone : attention la solitude amère du lonely guy qui revit sa vie en racontant la chronique d'une mort annoncée. Mélodrame de pacotille ou partition finale, cela vous déchire le coeur, n'y a plus qu'à en épandre la charpie comme des confettis sur un cercueil. Black cat town : pattes de velours le chat noir arpente la nuit de l'existence. La bestiole est des plus sauvages. Elle griffe et elle mord. N'oubliez pas que les matous noirs c'est comme les peaux-rouges, ne sont bons que morts. Mais celui-ci a l'instrumentation coriace. Nipa : Crane mâche le vocal comme un chewing-gum américain. Pas de problème à l'horizon, l'amour rend les hommes heureux mais rien ne vaut le rêve d'une chevauchée sous les balles du shérif, n'empêche poupée que tu es la seule pour moi. Les promesses rendent-elles les folles joyeuses ? I'm so : intro majestueuse : le héros s'avance de son pas lourd vers le devant de la scène, nous débite sa tirade hamlétique, l'est maudit par les hommes et par les dieux. Rien que ça. Mais parce qu'il est ce qu'il est. Le justicier maudit hurle sous la lune. L'on sent qu'il va décaniller tous ceux qu'il aime. Commencera-t-il par lui ? Doodoodoo : le retour. Le héros revient à la maison. Promet d'être sage comme un cougar des Rocheuses couché au pied de sa belle. Assoiffé de sang souligne les guitares, et bien sûr ça se termine dans une orgie à faire flamber la baraque et toutes les maisons de ce foutu patelin. Blues : un blues , méfiez-vous d'un gars when he awokes in the night, ce n'est pas l'heure appropriée pour cracher sa déprime, nous la joue à la Robert Johnson mais ça se finit au saloon avec les guitares et l'alcool, la zique qui nique gondole des anatoles bleu-pétrole à allumer la mèche du bâton spermatique. Don't come back : avertissement sans frais, toutefois mortuaire. Ne remets jamais les pieds par ici, la batterie enfonce les clous du cercueil, et les guitares dissuadent de faire un seul pas de plus. Je ne le répèterai pas une fois de plus. Ce qu'il s'empresse de faire. Undead : la camarde au bout du chemin. L'homme solitaire est un prédateur, la guitare traîne ses arpèges et la batterie avance à pas lents, vous n'êtes pas encore mort, vous ne l'avez pas fait exprès. L'on vous pardonne, mais recommencez. Same player shoots again.

Un western rock comme l'on n'en fait plus. Electrique à mort. Poudre de guitares et galops de batterie. Bill Crane pousse les fureurs des chants solitaires à leurs paroxysmes. Indispensable.
Damie Chad.


IAN DURY
SEX & DRUGS & ROCK'N' ROLL
VIE ET MORT DU PARAIN DU PUNK


JEFF JACK


( EDITIONS RING / Mai 2017 )

 

Chez Ring l'on aime bien le ding-ding de la cloche qui annonce la reprise des rounds. Sont pour l'édition à la hussarde, tambour battant et droit devant. Marquent une prédilection pour les sujets chocs mais pas très chics. Ils aiment les thématiques politiques qui dérangent, les récits de meurtres ineptes, les thrillers sanguinolents, et la musique. Pas n'importe laquelle, pas les symphonies pastorales, préfèrent les lourdeurs cramoisies de Led Zeppelin. Z'ont des techniques de ventes agressives – ce sont leurs concurrents qui l'affirment – mais l'est vrai que parfois ils n'hésitent pas à vous ringpoliner la planche pour la rendre plus porteuse. Ainsi derrière ce pseudonyme de Jeff Jacq, effilé comme une lame de faux, ne se cache pas vraiment un auteur que nous aimons bien chez KR'TNT ! Jean-François Jacq, dont nous avons déjà chroniqué : Bijou : vie mort et résurrection d'un groupe passion ( voir livraison 189 du 15 / 05 / 14 ), Hémorragie à l'errance et Heurt Limite ( 252 du 29 / 10 / 15 ) ), Fragments d'un amour suprême ( N° 273 du 17 / 03 /16 ), des livres forts, de passion, de tendresse, une littérature de traversée des tumultes existentiels, de résistance et de survivance.
Chez Ring ils ont dû sauter de joie lorsqu'il leur a proposé un bouquin sur Ian Dury, je suppose qu'ils l'auraient viré comme un malpropre s'il avait argumenté pour une bio sur Donovan, trop beau, trop sage, trop propre, mais bingo pour Ian Dury, un poliomyélite de guingois prêt à tomber du côté par où il penche, si mal-foutu que vous ne pouvez le croiser dans la rue sans lui cracher dessus, et en plus ce débris irréparable, cette lie titubante de l'humanité, cet avorton de moineau hydrocéphale vous a pondu une oeuf d'alligator géant, l'hymne définitif de la nouvelle trinité – pas la douteuse réunion, un tantinet pédérastique, du fils, du père, et du Saint-Esprit - jugez-en par vous-mêmes, un cocktail explosif de trois composants salvateurs, du sexe, des drugs et du rock. Une triple addiction à laquelle vous ne sauriez manquer de succomber. Pas de précipitation, commençons par le commencement.
Acte 1 : la conception : le jeune père, prolétaire et insouciant – deux défauts, le premier peu recommandable - s'est comporté comme le coucou, a déposé son petit spermatozoïde dans le nid moussu d'une jeune charderonnette de bonne famille.
Acte 2 : naissance en 1942. Cette mésalliance ne pouvait durer. Le paternel sera doucement rejeté du cercle familial, pas viré comme un malpropre, écarté, mais admis à voir l'enfant régulièrement.
Acte 3 : le bonheur. Bébé couvé par trois bonnes fées - mère, soeur, tante - garçonnet élu roi de la maison, bambin câlin et intelligent. Une enfance dorée, choyée.
Acte 4 : the end of the dream : vous pouvez arrêter la lecture maintenant et rester sur cette bonne impression. C'est que le destin aux ailes de fer s'en vient frapper à la porte. Un peu d'eau croupie de la pataugeoire de la piscine que le petit Yan avale et recrache aussitôt. Quinze jours plus tard, la polio lui tord le corps, à un doigt de la mort...
Acte 5 : tout ce qui va suivre.

Suis un peu déçu. Pas par le livre. Par Ian Dury. En gros, je ne le trouve pas très sympathique. Ce qui n'enlève rien à son talent. Moi jusqu'ici n'avais rien à lui reprocher. Je n'avais pas lu les deux biographies publiées en anglais, raté son biopic, ce french book tombe donc à pic, et m'y suis précipité dessus. Ne s'agit pas de ma part d'un simple état d'âme. Quelque chose de plus inquiétant, à lire cette vie surgit une question essentielle mais ici la réponse est surlignée au stabilo rouge sang. Serais-je en d'autres circonstances que celles qui m'ont été données un autre Moi que moi, certaines déclinaisons existentielles seraient-elles capables d'influer la nature de ce que Valéry appelait le Moi invariant ? Et la vie de Ian Dury aurait tendance à contredire cette notion rassurante d'invariance royale de notre égo, serions-nous aussi malléable qu'une étendue de cire turlupinée par la pression de nos doigts !

Suite à son état de santé le jeune Ian Dury sera confronté à deux expériences aussi traumatisantes et enrichissantes l'une que l'autre. Une école primaire spécialisée regroupant les handicapés et un collège dans lequel il sera le seul élève en état d'handicap. Dans la première il apprendra la loi du plus fort. Physique, car les gamins ne se font pas de cadeau. Mentale, celle qui vous permet de serrer les dents et de ne jamais vous effondrer. Corollaire à ne pas oublier, les faibles ont toujours tort. Le principal est d'arriver à son but. Quel que soit le moyen. Les adultes – s'octroient l'agréable passe-temps de masturber les élèves - lui indiqueront les règles de la duplicité et des passe-droits que vous permet votre statut de chef. Ian a tout compris de la duplicité humaine. Profitez de la moindre faiblesse de votre entourage...
En grandissant il jouera sur tous les tableaux, un tyran toujours insatisfait à la maison, à effrayer sa mère, et la mise en place d'un jeu de préemption attractive envers ses pairs. Ne s'agit pas de sourire niaisement à tous les copains, au contraire, s'agit de montrer sa supériorité intellectuelle et morale, de se faire reconnaître par une minorité sur laquelle il étendra peu à peu son autorité. Deux nouveaux enseignements essentiels, les individus sont d'autant plus manipulables une fois que vous avez pris l'ascendant sur le groupe.
Doué en dessin, il recevra une bourse pour une école d'art. Finira par devenir professeur. Mais la vraie vie est ailleurs. Les filles, la musique, les amis. Malgré son corps déglingué, les demoiselles ne le repoussent subjuguée par sa charismatique volonté de puissance. Un parallèle serait à faire entre Dury et Lord Byron, qui sut être un Don Juan malgré son pied-bot et une stature par trop grassouillette, mais Ian Dury s'est vouée à une autre idole, Gene Vincent, chanteur exceptionnel, la voix certes, mais cette manière de porter toute la révolte du monde sur son dos, ne s'apercevra même pas au premier visionnage de La Blonde et Moi que Gene possède une atèle de fer qui soutient sa jambe brisée...
Frise la trentaine lorsque la soudaine disparition du créateur de Be Bop A Lula – à trente-six ans - lui rappelle qu'il n'a encore rien réalisé de décisif de sa vie. Le constat n'est guère glorieux, s'est marié avec Betty Rathnel, une illustratrice dont les travaux lui apparaissent bien supérieur à sa propre oeuvre picturale. Ne sera pas peintre, sera chanteur. Petit iota à cette vocation, est incapable de jouer d'un instrument, ne sait pas chanter, ne parvient même pas à poser sa voix... Désormais il sera le gars parti de rien pour arriver à quelque chose.
Ce sera donc un groupe, Kilburn and the High Roads, y collent ses amis qui possèdent un instrument et vogue la galère. Dury amène sa culture rock, celle des teddies et des pionniers, s'essaye à Eddie Cochran... pas évident, lui faudra deux ans pour apprendre à caler sa voix, l'on ne s'étonne pas du turn over dans le combo, les premiers temps sont difficiles, les musicos se découragent, et puis tout de suite Ian s'impose comme le leader, normal c'est lui qui chante, c'est lui qui compose les textes - on les range à égalité pour leur qualité avec ceux des Kinks - se fait aider pour la mise en musique, petit à petit le groupe prend de l'assurance. Tombe au moment opportun. Le public est fatigué des mastodontes, concerts chers et un peu trop amorphes, l'on veut s'amuser, boire, danser et draguer, si par-dessus le groupe est bon, le bonheur est à portée de la main. Dury et ses potes seront des premiers à donner des gigs dans les pubs, le pub rock est en train de naître, une espèce de retour aux sources de l'énergie primale. Sont devenus bons, enregistrent un premier single, puis un deuxième, puis Handsome un album raté...
Mais il y a plus grave. Le pub rock est en perte de vitesse et les Kilburns n'ont pas su capitaliser sur cette vague porteuse. Ont été des pionniers dans leur genre, et sont maintenant considérés comme des has been. Mais il y a encore pire. Dury se sent dépossédé. Malcolm McLaren rôde autour d'eux. A emmené son protégé, un certain Johnny Lydon, assister aux concerts des Kilburns, et lorsque pour la première fois Ian assiste à une prestation des Sex Pistols, il pense voir son propre clone, cette attitude de Johnny le Pourri de chanter le dos arqué sur le micro, c'est du Dury cent pour cent ( empruntée à Gene Vincent ), et cette manière de grommeler les mots, de les expectorer comme des bacilles de Kock, exportation directe et pirate venue de cette manière de Dury à davantage gloussoter les lyrics qu'à les chanter, parrain du punk et arrière-grand-père du rap !
L'avait un train d'avance et a raté la correspondance. Un truc à se foutre en l'air. Pas dans les habitudes de Dury, a perdu une bataille mais compte bien gagner la guerre. Exunt les Kilburns, voici les Headblocks, coup sur coup Dury pond deux chef-d'oeuvres, le single Sex, Drugs and Rock'n'roll, la formule définitive que tout le monde avait sur le bout de la langue et que personne n'avait eu l'idée de fracasser sur un vinyl comme l'oeuf de Colomb sur la table de ses détracteurs. N'eût-il commis que ce seul titre que la gloire de Dury n'en serait pas moins irréfragable. Mais voici l'album, New Boots and Panties, rien de mieux qu'une odeur de culotte pour attirer les renifleurs, un des sommets du rock anglais, la pochette est déjà un poème à elle toute seule, une sucrerie à la nitroglycérine, de la mort aux rats, de la confiture en barre pour la cochonceté de l'espèce humaine. Et puis ce chef d'oeuvre hommagial qu'est Sweet Gene Vincent.
Et ce n'est pas fini, 1978 sera l'année Dury, encore deux hits, le Hit Me with the Rhythm stick précédé de What a Waste et suivis de deux albums Wottabunch, et Do it Yourself qui sont bien accueillis par le public... Dury and The Blockheads surfent sur la vague, les concerts sold out s'enchaînent, vu de l'extérieur, trois années qui épousent la courbe élégante et la trajectoire d'un missile dévastateur...
Vu de dedans, c'est moins beau. La puissance et l'argent engendrésés par le succès ne modèrent en rien les travers de son caractère vindicatif. Un peu pingre avec ses musiciens, mais ce qui le rend insupportable c'est sa manière de provoquer les conflits et de les gérer. Nos gestionnaires libéraux d'aujourd'hui auraient à apprendre de lui, ne connaît pas les conventions collectives, vous vire dès que vous ouvrez votre bouche, se débarrasse de vous comme d'un vulgaire rouleau de papier chiotte. Parfois il prend son temps, vous rend la vie impossible jusqu'à ce que la victime désignée craque et s'exclut elle-même. Quitte à vous rappeler deux mois après en dépannage ou parce qu'il a réalisé son erreur... Un principe simple : personne n'est indispensable sinon lui. Dès l'entrée dans les eighties la vague retombe, les nouveaux disques ne sont plus aussi forts et ne se vendent plus, lui qui était surtout accro au shit augmente sa consommation d'alcool, est en proie à de violentes colères conjuguées avec des périodes dépressives...
Mais il sait rebondir, diversifie ses activités, théâtre, cinéma, télévision... est une figure aimée du public et exerce une emprise sur ses musiciens qui ne peuvent le lâcher tout à fait même quand il récupère leurs compositions pour les abîmer. Rares sont les séparations définitives. Relations fascinatoires. Ses enfants, ses compagnes sont auprès de lui lorsqu'un cancer du foie triomphe de ses dernières forces en mars 2000.
Mais un artiste. Qui n'en a fait qu'à sa tête. A tort et à raison. Une volonté de fer. Qui a surmonté ses faiblesses physiques. L'a débuté le jeu de la vie avec des cartes manquantes, n'en a pas moins gagné la partie. L'a réussi à fomenter les troubles dont il rêvait. A se hisser par ses propres moyens sur la pointe des pieds et sa jambe malade sur la margelle de la célébrité. Qu'il a recherchée comme le sucre qui chasse l'amertume des fruits qui se sont abîmés en tombant de l'arbre. L'a jeté son argent par la fenêtre, a eu ses caprices de rock star, l'a été cruel et capricieux, reconnaissant aussi, mais a toujours tenu sa route. Une vie de rocker. Ni pire ni meilleure que celle de n'importe qui. Mais plus flamboyante, une comète. De celles qui magnifient et marquent à jamais la mémoire hominienne.
Jean-François Jacq ne nous cache rien. Explore les soubresauts de ce destin hors-norme. Ne porte jamais le moindre jugement sur lui. Même quand il pète une duryte. N'est pas sûr que nous ferons mieux que notre rebel-cockney en chef. N'enjolive pas. Mais l'on sent et l'on comprend le projet de Jeff Jacq, réaliser l'équivalent biographique et hommagial de l'hymne que Ian avait composé pour Gene Vincent, un tombeau mallarméen, qui l'enferme tout entier et l'exalte tel qu'en lui-même.
Merci Jeff Jacq pour cet impétueux Sweet Ian Dury.


Damie Chad.

RITUEL-FOUDRE I, II, III
JEAN-PIERRE ESPIL


( Festival Annexia, live in Toulouse )

( Blockhaus Editions Sonores / 1996 )

Vous sera difficile de trouver le CD, alors filez sur You Tube vous y retrouverez le Rituel Foudre III, les amateurs de growl-metal et de ferraille-djent y porteront attention, ne s'agit pas de musique ou de quelque chose qui aurait à voir de loin avec le rock'n'roll, simplement du texte, et du son, les esprits classificateurs étiquetteront poésie sonore, mais ça se situe au-delà, une reprise du travail d'Artaud, qui ne vise pas l'esprit trop volatil mais la chair. Evitez de tomber dans le panneau de l'érotisme frelaté. Ce genre de passe-temps n'est guère de mise. Tout juste du divertissement pascalien. La chair, mais dans l'engendrement de son engloutissement, dans l'anéantissement larvaire de sa disparition. Un travail sur la putréfaction des mots, Baudelaire avait ouvert une brèche, mais en dandy, en esthète, mettait le doigt d'un geste élégant sur la charogne de la modernité. Mais à son époque elle en était encore à ses débuts. Un temps d'innocence en quelque sorte, presque une espérance... Un siècle après, l'étendue des dégâts nous recouvre. Alors un groupe de jeunes gens regroupés autour de la revue Blockhaus se sont lancés dans cette tâche de pourvoir à l'immonde et aux immondices humains de notre monde. Une poésie de l'extrême qui vise à une désincarnation, à une désincarcération de soi en soi? en s'enfonçant dans les tréfonds des nerfs et des muscles, à la recherche de l'instant précis où le sang se métamorphose en larves, les mots comme des vers helminthiques qui ne s'écrivent plus mais qui s'enfouissent en vous comme des couteaux jaculatoires. Sperme létal. L'albatros a les ailes englués dans le mazout du nihilisme, elles clapotent piteusement comme un adieu volcanique à soi-même. La poésie comme une traque de l'ultime pourriture.
Foudre noire bien sûr, de la poudre ravacholienne métaphysique destinée à détruire les dernières institutions de la présence illusoire. Choix du retrait. Par le chemin le plus court. Celui qui part du dedans de notre succion intérieure. Un trou noir que l'on fore méthodiquement pour le remplir de notre viduité. Mais rituellique, opératoire, car l'humain est encore à la manœuvre. Pas pour très longtemps.
Voix prosopopique de Jean-Pierre Espil encore emplie de la jactance chamanique, mélodramatique sur ondulations de sarcasmes électro-bruitistes, vingt ans plus tard l'appareillage nous semble désuet. Rien ne vieillit plus vite que le progrès technique... mais un texte scalpel, qui devrait inspirer tous les amateurs de hardcore.


Damie Chad.

 

LA CHAMBRE DE GIOVANNI
JAMES BALDWIN
( Rivages poche 256 / 1998 )

L'autre malédiction de James Baldwin. Pas la première, circonstancielle, d'être né noir, aux Etats-Unis, l'autre qui échoit en partage à l'humanité entière, quelle que soit votre origine, l'homosexualité. D'ailleurs pour mieux vous enfoncer le pénis dans le cul le héros du roman est blanc, Baldwin se contente de préciser qu'il est blond comme les blés. David, un jeune américain parmi des millions d'autres. Ni meilleur, ni pire que vous et moi. Même si Baldwin en profite pour régler quelques comptes avec la balourde naïveté auto-satisfaite de l'Amérique... Renversement des schémas freudiens, n'est pas élevé par une mère abusive, l'est morte quand il était tout enfant. Drivé par son père qui fait ce qu'il peut. L'a tout juste dix-sept ans lorsqu'il connaît sa première nuit d'amour voluptueuse avec son meilleur ami. Une inoubliable nuitée. Le réveil est beaucoup plus dur. L'est submergé par un sentiment de honte, n'assume pas son acte, préfère s'enfuir laissant son compagnon endormi...
L'a grandi, est devenu un homme, un dur ( à cuire les œufs mollets), un vrai, à femmes, mais l'a du mal à rentrer dans le rang, mariage, enfants, boulot, se cherche, se fuit, jusqu'à Paris où il rencontre une compatriote Hella, histoire d'amour en gestation, mais la jeune fille s'offre un séjour en Espagne avant de franchir le pas du Rubicon conjugal... En attendant David fréquente le milieu et les bars interlopes – une génération avant, Proust parlait de race maudite – jusqu'à rencontrer Giovanni, serveur de son état, un bel italien, avec qui il entame une liaison...
Huis-clos dans la minuscule chambre de Giovanni. Alcool, sexe, sentiments, manque d'argent, tout s'emmêle, Giovanni des plus fragiles, David le cul entre la chaise du désir et le fauteuil de la réprobation sociale... Profite du retour d'Hella pour abandonner son amant, homo un jour, hétéro pour toujours.
A part que Giovanni dérape, étrangle son ancien patron, vieille tapette libidineuse pleine de fric, qui l'a renvoyé. La justice veille, Giovanni est condamné à mort... Hella et David, le couple de l'année s'embourbe, David rongé par le remords d'avoir abandonné Giovanni à la guillotine et tenaillé par le désir de la chair mâle. Hella dépitée retourne en Amérique, David franchit le pas de l'acceptation pleine et entière.
Un roman – le deuxième de Baldwin, paru en 1956, à lire comme une introspection autobiographique phantasmatique - sur l'acceptation de soi et la lâcheté individuelle. Chaud comme la braise des relations humaines, glacial comme le couperet des conduites sociétales. Une méditation sur la liberté, entre ce que nous sommes et la duperie introjectée des conventions sociales qui nous structurent à notre insu. La contradiction entre le moi souverain et la tyrannie de groupe. Baldwin nous apprend qu'il ne faut jamais être dupe, ni des autres, ni de soi-même. A méditer. Sans oublier qu'il n'y a pas que le sexe dans la vie. L'exemplarité de la démonstration baldwinienne est à appliquer à tous ces nœuds gordiens psychiques sur lesquels l'opportunité de porter l'épée ne nous effleure même pas, nous sentons qu'ils fondent notre personnalité autant qu'ils nous ligotent et nous entravent. De fait nous n'avons peur que de nous-mêmes car s'il est vrai que nous n'allons jamais plus loin que nous-mêmes, beaucoup s'arrêtent en chemin.


Damie Chad.